Malick Kébé, un des prévenus

 

Le procès des 8 prévenus suite au drame de la Plage Rogbanet, au quartier Taouyah, dans la commune de Ratoma, se poursuit dans la salle d’audience de la Cour d’Appel de Conakry.

Après la première journée entachée d’aveux divers et contradictoires du directeur de l’Agence Guinéenne de Spectacle (AGS), Malick Kébé et celui de Mœurs Libres Prod, Abdoulaye M’Baye, la Cour a entendu pour la 2ème  journée, Mohamed Lamine Sylla, membre de l’ONG qui gère la plage de Rogbané et le chef du quartier Taouyah et l’administrateur de ladite plage.

Ces deux prévenus ont tous avoué l’alerte lancée par le Haut commandant de la Gendarmerie Nationale/Directeur de la justice Militaire en la personne du Général Ibrahima Baldé avant le drame. Ils ont, par contre, nié à bloc l’interdiction de spectacles sous la gouvernance de Soriba Sorel Camara (gouverneur de Conakry) en mai 2014, parce que, selon les accusés, cette plage avait abrité un festival international.

Devant ces aveux, la défense a demandé la comparution du Haut commandant  de la Gendarmerie Nationale/Directeur de la justice Militaire, Général Baldé et de l’ex-gouverneur de Conakry, le Cdt Sékou Resco Camara pour dit-on, la manifestation de la vérité. Elle a ensuite demandé la mise en liberté provisoire de tous les détenus. Demande rejetée par le Parquet.

Les travaux du mercredi, 24 décembre ont été marqués par la comparution des autres prévenus, dont le Gouverneur de la Ville de Conakry, Soriba Sorel Camara et le président de la Délégation Spéciale de Ratoma, Sékou Baluta Camara.

AGP

Commentaires

commentaires

Pub Appli guinee7 Long

LAISSER UN COMMENTAIRE