L’audience des présumés auteurs du drame de Rogbané reprend, mercredi, 31 décembre, à la Cour d’Appel de Conakry après une semaine d’intenses travaux des juges et avocats du Tribunal de Première Instance (TPI) de Dixinn siégeant en matière correctionnelle.

Selon Me Salif  Béavogui Avocat à la Cour, la comparution des 8 personnes présumées, dont 6 en détention à la Maison Centrale de Conakry, a permis à la défense de dépouiller le dossier.

Seule la comparution de deux parents sur 33 victimes a soulevé des débats houleux. Les autres étant consentant ou pas, les Avocats se sont longuement interrogés sur leur position. Une problématique qui a été résolue, séance tenante, par l’article 417 du Code de Procédure Pénal.

Quant  aux témoins, Mahawa Camara, Salia Camara  et Kémolo Bangoura, tous travailleurs au Gouvernorat de Conakry, ont parlé de lettre d’information et non celle d’autorisation. Chose que les 6 détenus, dont Malick Kébé, ont mis à la charge du Gouvernorat de Conakry.

Pour le Tribunal, qu’ils soient administrateurs ou organisateurs, des dispositions nécessaires ont été prises pour la fermeture de la Plage par le gouverneur d’alors Cdt Sékou Resco Camara. Un argument rejeté par les organisateurs de concert comme Levy Etienne Towak, fondateur de la ‘‘Plage de Rogbanet’’.

C’est par la comparution de l’ancien gouverneur de Conakry, Sékou Resco Camara et le chef d’Etat Major de la Gendarmerie Nationale/Directeur de la Justice Militaire Ibrahima Baldé et sur insistance de la partie civile, que les audiences vont reprendre, mercredi, 31 décembre, à la Cour d’Appel de Conakry.
AGP

Commentaires

commentaires

Pub Appli guinee7 Long

LAISSER UN COMMENTAIRE