L’instabilité, arme de l’opposition (édito)

Après avoir menacé de se retirer du processus électoral, puis de le reporter, l’opposition guinéenne s’est finalement décidée à participer au scrutin qu’elle n’a pas pu décrédibiliser. Mais, comme il fallait s’y attendre, cette participation n’était qu’un leurre. Faire croire qu’elle est sincèrement engagée dans l’élection, alors qu’en fait, l’objectif est de contester aussitôt le scrutin.

Cellou Dalein, à la tête de cette opposition, menaçait déjà, la veille de l’élection, de ne pas reconnaitre les résultats proclamés par une Ceni qu’il qualifie d’  » incompétente ».  Ce n’est donc pas étonnant de le voir persister dans cette stratégie qui ressemble à du chantage.

En effet, il dit que l’opposition va exercer son droit de manifester (dans la rue, s’entend), avec tous les risques que cela comporte (violences, destructions…). Cellou et ses amis de l’opposition veulent créer de l’instabilité. Pour eux, c’est ainsi que l’élection présidentielle pourra être invalidée. Surtout s’il y a des morts à la clé. Mais le topo est trop gros pour passer. La communauté internationale qui a assisté aux opérations de vote a déjà témoigné du calme et de l’état général de liberté dans lesquels le scrutin s’est déroulé.

 

Commentaires

commentaires

Pub Appli guinee7 Long

LAISSER UN COMMENTAIRE