Quand par le passé, on n’utilisait que de médiocres dans nos gouvernements, des Guinéens ont, à juste raison, taxé leur pays d’étouffoir des talents, des élites. Maintenant que le président Condé essaye des compétences dans le gouvernement Mamady Youla, des hommes dont on peut douter de la bonne foi, clouent ces compétences avérées au pilori et s’engouffrent dans des subjectivités pas très hygiéniques. Même le chef de file de l’opposition, Cellou Dalein Diallo s’y est mis. Indignons-nous.

On a, tels des magiciens, cherché et trouvé des liens de famille entre des personnes composant le nouveau gouvernement, et fait croire que ces liens ont été déterminants dans leurs nominations. Cependant, questions.

Un homme qui pendant cinq ans a occupé le poste de Directeur du Renforcement des Systèmes de Santé du projet USAID Deliver, à Washington DC (USA), mérite-t-il ou pas d’être ministre de la Santé dans son pays d’origine ?

Un homme qui a enseigné à la Faculté des Sciences Économiques et de Gestion de l’Université Lumière Lyon 2, à l’École Nationale des Travaux Publics de l’État et à l’École de Commerce Européenne mérite-t-il ou pas d’être ministre du Budget dans son pays ?

Un homme qui a bénéficié du célèbre concours Fulbright du Gouvernement américain, titulaire d’un Master en politiques économiques, spécialisé sur l’économie du développement, à Williams College (Massachusetts) aux Etats-Unis, mérite-t-il ou pas d’être ministre des Mines dans son pays ?

Une femme qui, entre autres, a été Assistante de recherche au sein de la division de la Dette extérieure, Département des projections et des analyses macro-économiques de la Banque mondiale, à Washington DC, et qui, pendant 10 ans a été Economiste principale du Département des opérations de la BAD (Banque Africaine de Développement) dans des grands pays comme la Tunisie, le Maroc, l’Egypte, le Soudan, la Libye, mérite-t-elle un poste de ministre du Plan et de la Coopération dans son pays ?

Enfin une femme qui, au sein des départements économiques des délégations de l’Union européenne en Afrique et dans les Caraïbes, a géré d’importants programmes de soutien macroéconomique, d’appui institutionnel et de développement social ; mais aussi qui, en Guinée est l’une des principales personnes ayant rédigé le projet de relance économique post-Ebola, mérite-t-elle ou pas d’être ministre des Finances dans son pays ?

Sortons le débat du caniveau et mettons-le sur l’autel de la responsabilité, du devenir de la Guinée et de l’avenir de nos enfants.

Ibrahima S. Traoré pour guinee7.com

Commentaires

commentaires

Pub Appli guinee7 Long

3 COMMENTAIRES

  1. Quelle erreur de la part de IBRAHIMA SORY TRAORE en confondant les expériences acquises à l’étranger aux prérogatives d’un ministre fondées d’abord sur les expériences acquises dans l’administration générale.
    On apprend pas à diriger un département ministériel à partir des sociétés, des banques à l’étranger ou en enseignant. L’administration de haut niveau comme à la base est une autre école. Cela ne remet nullement en cause leurs fonctions antérieures dont vous essayez de faire passer à tort comme indispensable.
    KITWE DAOMOU

  2. Excuses moi mais suis d’accord avec mr traoré si quelqu’un a ete capable d’occuper des postes de responsabilites de nhaut niveau a l’etranger peut faire sa part en Guinee et vice versa.
    Je sais que la guinee est malheureusement habitudes a etre gouverneur par de faux cadres rien qu’a voir dans quel Etat nous nous trouves encore on a vu ce que les administrateur said locaux ont fait jusqu’a la alors donning la chance et facilitons a ces nouveaux Venus de faire leurs preuve said.
    C’est facile la critique surtout lorsque l’on est de l’autre Côte de la governance lol

    Je suis sortie Diplômée de poly technique pour Venir au canada ou je dirige une entreprise et suis Présidente du Conseil des Medecins c’est dire que les brill ants n’ont pas d ‘appartenance speciale
    ILs sont la parcequ’ils sont bons et s’ils ne le Prouvent pas on les changera jusqu’a trouver chaussure a nos pieds.

LAISSER UN COMMENTAIRE