L’homme qui écrivait l’histoire politique de notre pays avec art et noblesse s’est éteint la nuit du 28 au 29 juin, à Conakry. Jean Marie Doré, il s’agit de lui, était l’homme politique qui a donné à la politique guinéenne ce dont elle a eu toujours besoin : la noblesse, la hauteur de vue, la détente.

Eloquent, cultivé, affable, le vieil homme savait ce qu’il voulait et attirait l’admiration de plus d’un. C’est vrai qu’on l’aimait tous. Mais nous ne votions pas pour lui, par hypocrisie, certainement ; par des considérations irrationnelles, tel l’ethnocentrisme, sûrement.

Qu’à cela ne tienne, JMD, part à jamais sans avoir réussi à nous inculquer totalement sa grande culture. Cette culture, selon laquelle on peut bien être des adversaires politiques tout en étant des copains. Il disait de l’opposition guinéenne qui sans cesse perdait des opportunités qu’elle était « la plus bête d’Afrique ».

Il disait aussi avec un brin d’humour, pendant une campagne présidentielle, que certains candidats « marchaient en avion supersonique pour survoler les problèmes du peuple ». Comme pour dire que lui était dans ce peuple qui pleurera, et pendant longtemps, cette bibliothèque qui a brûlé.

Ibrahima S. Traoré pour guinee7.com

 

Print Friendly

Commentaires

commentaires

Pub Appli guinee7 Long

1 commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE