Marc Yombouno, ministre du commerce

En nommant Cheick Fantamady Camara, secrétaire général de  la Chambre de commerce et d’industrie, comme président par intérim de cette structure,  en remplacement de  Morlaye Diallo, décédé, Marc Yombouno a provoqué la colère au sein du collectif des collaborateurs du défunt.

En attendant la restructuration de la Chambre de commerce et d’industrie, c’est Morlaye Diallo qui en assurait la présidence par intérim. Cela depuis plusieurs années. On se souvient qu’il avait été nommé à cette fonction par Mme Djènè Saran Camara, alors ministre du Commerce. Depuis, l’homme a su gérer cette institution avec abnégation, selon les milieux d’affaires.  Son décès survenu il ya environ trois semaines, a amené le ministre Marc Yombouno, à se hâter, pour nommer le secrétaire général de son département au poste de président par intérim de la structure, dit-on. Un acte qui ne serait pas du goût des collaborateurs de Morlaye Diallo, qui considérerait le nouveau patron comme « un intrus ».

Le geste de Marc Yombouno, d’après nos informations provoquerait en tout cas des grincements de dents, dans le secteur privé guinéen.  M. Yombouno serait d’ailleurs beaucoup critiqué pour son penchant pour les affaires. N’est-ce pas lui, qui récemment a voulu s’immiscer dans la procédure de passation de marché au niveau de l’Office national du pétrole. Pour la fourniture de fuel lourd ‘’mazout’’.  Au final dur les 6 sociétés soumissionnaires, c’est la société AOT Trading qui a remporté le marché.

Pour revenir à la Chambre de commerce, il faut dire qu’il est grand temps que cette institution soit doutée maintenant de dirigeants qui soient représentatifs. A travers des élections transparentes. Cela dépendra certes de la volonté de l’exécutif, qui a torpillé le processus de renouvellement des instances de la Chambre de commerce, entrepris l’année dernière. Car après le renouvellement des structures de l’institution au niveau communal et régional, il ne restait que le poste de président à meubler.

Mais l’élection n’a toujours pas lieu. Et on accuse le président Alpha Condé en personne d’avoir mis le pied dessus. Ainsi Aboubacar Sidiki Nabé et Sorel Doumbouya, les deux challengers qui s’étaient lancés dans la bataille finale, pour rafler la présidence de la Chambre, se sont vite ravisés. Car, l’exécutif n’avait pas encore décidé de doter cette structure de son autonomie. Et c’est ainsi que Morlaye Diallo a continué à gérer la structure jusqu’à son décès survenu récemment. Avec la volonté du ministre Yombouno d’avoir sous sa coupe, cette institution, il faut dire que le renouvellement des instances de la Chambre de commerce n’est pas pour demain.

Aminata Bangoura in Le Démocrate, partenaire de guinee7.com

 

Commentaires

commentaires

Pub Appli guinee7 Long

LAISSER UN COMMENTAIRE