Après la condamnation du discours polémique du président Alpha Condé par Dr Ousmane Kaba, Mamady Diawara et Sékou Savané, tous trois députés,  la réaction de la direction du RPG-Arc-en-ciel ne s’est pas fait attendre. Celle-ci a en effet  annoncé le samedi dernier, en marge de son assemblée générale hebdomadaire, l’exclusion  de Dr Ousmane Kaba et d’Alhousseiny Makanéra du parti, et  la rupture de l’alliance avec le Parti du travail et de la solidarité (PTS) de Mamady Diawara.  Quant au député uninominal de Siguiri Sékou Savané, le Bureau politique national du parti au pouvoir l’a sommé de s’expliquer sur son comportement lié à son rejet des propos du président. Les mis en cause n’ont pas tardé à réagir, en minimisant l’impact que cela pourrait avoir sur leur avenir politique. A les entendre parler, c’est comme s’il s’agissait en quelque sorte d’une délivrance au lieu d’une punition.

La jonction des cas Alhousseiny Makanéra Kaké, ancien ministre de la Communication, qui a pris ses distances avec le RPG-arc-en-ciel, depuis son éviction du gouvernement en début d’année, avec le cas des trois députés qui ont condamné le discours présidentiel, sur fond de mise en garde contre la stigmatisation de la communauté malinké, n’a pas surpris certains observateurs. Et semble s’inscrire dans une logique de purge que le président Alpha Condé serait en train d’opérer au sein de son parti. En vue d’écarter tous les empêcheurs de tourner en rond. Une démarche qui favorisera ainsi la mise en route du projet relatif à l’éventualité d’un troisième mandat pour le président. Car le chef de l’Etat est soupçonné de bien vouloir se maintenir au pouvoir au-delà de 2020. Sa volonté d’étouffer toute voix dissonante au sein de son parti, et sa démarche auprès du président François Hollande, pour « sauver Sassou NGuesso du Congo » (comme l’ont écrit nos confrères de mediapart), après que ce dernier ait tripatouillé la constitution contre la volonté populaire trahissent l’ambition du chef de l’Etat. C’est du moins ce que pensent certains observateurs.

Ainsi sur son exclusion du RPG-arc-en-ciel, Makanéra Kaké a indiqué sur la toile que « c’est un non événement ». Et que le bureau politique national est un bureau de transition qui n’a pas les pouvoirs de les exclure, car n’ayant même  pas réussi à organiser le congrès du parti depuis 2010. Il accuse Alpha Condé de tirer les ficelles, en voulant mettre le parti sous coupe réglée. Makanéra Kaké réclame purement et simplement son parti, le Rassemblement national des indépendants (RNI), formation qui s’est fondue  dans le  RPG, dans le cadre du projet ayant donné naissance au RPG-arc-en-ciel. Tout comme le parti PLUS de Dr Ousmane Kaba.

Quant au député et président du PTS, Mamady Diawara, il soupçonne lui Alpha Condé de vouloir « éteindre » tous les cadres malinkés.

« Ce n’est pas étonnant. Pour moi c’est un non événement, parce qu’en réalité l’alliance n’existait même pas. C’était mis simplement sur papier. Le Bureau Politique du RPG arc-en-ciel n’a fait qu’exécuter un ordre du président Alpha Condé», a-t-il confié à la presse.

Le leader du PTS semble tout de même libéré d’un poids, à travers cette décision du RPG. Il répète à l’envi qu’ils n’ont fait qu’enfoncer une porte ouverte.  Révélant que son alliance avec le RPG ne lui aurait  apporté que des ennuis.

Au moment où nous allions sous presse, Dr Ousmane Kaba n’avait pas encore réagi à son exclusion du parti au pouvoir. Lui aussi il faut le rappeler avait sacrifié son parti sur l’autel d’une fusion avec le RPG.

Le président Alpha Condé  s’était lui invité au siège de son parti pour répliquer à ceux qui ont pourfendu ses propos tenus le 28 mai dernier. Cela s’est passé le dimanche dernier. Et pour Alpha, il faut « être fou ou imbécile pour traiter tous les cadres malinkés de malhonnêtes…Et qu’une piqure de moustique ne pouvait néanmoins faire de mal à la peau d’un éléphant.»

Mamady Kéita pour guinee7.com

Commentaires

commentaires

Pub Appli guinee7 Long

LAISSER UN COMMENTAIRE