SAINT-PETERSBOURG (Russie), 23 juin (Xinhua) — La Russie et la Chine sont des partenaires proches qui entretiennent des relations « à un niveau très élevé » et leur coopération bilatérale ne cesse de se développer, a déclaré le président russe Vladimir Poutine dans une interview exclusive accordée à Xinhua.

M. Poutine estime que l’initiative « la Ceinture et la Route » proposée par la Chine jouit d’un fort potentiel en matière de coopération internationale.
Le locataire du Kremlin a fait ces remarques dans une interview exclusive d’une heure accordée au président de l’agence de presse Xinhua, Cai Mingzhao, à l’approche de sa visite en Chine prévue samedi.

UNE CONFIANCE MUTUELLE SANS PRECEDENT

« Nous nous considérons comme des partenaires proches et c’est pourquoi nous nous écoutons et tenons compte de nos intérêts réciproques naturellement », a déclaré M. Poutine.

La coopération russo-chinoise joue un rôle stabilisateur dans les affaires internationales, a ajouté le président russe.

Il a noté que la confiance mutuelle entre Moscou et Beijing avait atteint un niveau sans précédent et qu’elle avait jeté une base solide pour la coopération bilatérale, qui se développe actuellement dans des domaines variés, dont le commerce, l’énergie et les infrastructures.

Bien que la Russie et la Chine ne puissent pas toujours parvenir rapidement à un consensus sur des questions difficiles, les deux pays peuvent travailler sur ces questions, aussi complexes soient-elles, pour servir leur objectif commun, qui est le développement de leur coopération bilatérale. C’est pourquoi les deux pays peuvent toujours trouver des solutions, a souligné le président russe.

En ce qui concerne le recul des échanges commerciaux bilatéraux, M. Poutine a indiqué qu’il s’agissait seulement d’un phénomène temporaire. Il l’a attribué à la baisse des prix de certains produits de base et aux variations des taux de change dans un contexte économique mondial morose.

La priorité du commerce russo-chinois à l’heure actuelle est la diversification des échanges, en particulier le renforcement de la coopération bilatérale dans le domaine des hautes technologies, a déclaré M. Poutine, qui a souligné que les deux pays avaient pris des mesures concrètes pour améliorer leur structure commerciale.

M. Poutine a par ailleurs salué les progrès accomplis par la Russie et la Chine dans l’aéronautique et l’aérospatial et souhaité que les deux pays coopèrent dans les domaines de l’écologie et de l’énergie nucléaire.

La Russie porte une grande attention à la construction d’une ligne ferroviaire à grande vitesse entre Moscou et Kazan, chef-lieu de la République russe du Tatarstan (ouest), a déclaré M. Poutine.

Cette LGV de quelque 770 km construite par une joint-venture sino-russe sera conçue pour des trains pouvant atteindre 400km/h. Le trajet, qui dure aujourd’hui 12 heures, pourra être ramené à trois heures et demie une fois cette ligne construite.

Ce projet, selon M. Poutine, devrait marquer le début d’une très vaste coopération entre les deux pays dans le domaine des infrastructures.

LE GRAND POTENTIEL DE L’INITIATIVE « LA CEINTURE ET LA ROUTE »

Le président russe a également souligné le rapprochement de l’Union économique eurasiatique (UEE), dirigée par la Russie, et de l’initiative « la Ceinture et la Route » qui vise à construire un réseau commercial reliant l’Asie à l’Europe et l’Afrique.

Il a proposé que l’UEE et la Chine mettent en place une zone de libre-échange au cours de la première phase de leur coopération dans le cadre de l’initiative afin de renforcer la coopération bilatérale et le développement économique mondial.

Le moyen fondamental de renforcer la coopération UEE-Chine et de développer l’économie mondiale est d’éliminer progressivement les obstacles au profit de cet objectif commun, a souligné M. Poutine.

Le président russe a en outre assuré que tous les membres de l’UEE acceptaient de renforcer leur coopération avec la Chine dans le cadre de la Ceinture économique de la Route de la soie, qui fait partie de l’initiative « la Ceinture et la Route ».

L’initiative « la Ceinture et la Route », qui comprend également la Route de la soie maritime du XXIe siècle, a été proposée par le président chinois Xi Jinping en 2013.

« Cette proposition du président Xi arrive à un moment opportun et elle est attrayante », a estimé M. Poutine. « Cette initiative aura de vastes perspectives puisqu’elle envisage d’accroître la coopération entre la Chine et les pays du monde entier », a-t-il ajouté.

Selon M. Poutine, de plus en plus de pays de la région s’intéressent à la coopération entre l’UEE et la Chine. Les deux parties doivent éviter d’établir une union commerciale exclusive afin de créer des conditions préalables pour le renforcement de la coopération eurasiatique.

UN MECANISME AU PROFIT D’UNE COOPERATION DIVERSE

S’exprimant sur le 16e sommet de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) qui se tient jeudi et vendredi à Tachkent en Ouzbékistan, M. Poutine a déclaré que l’OCS était devenue une plateforme permettant à ses membres de coopérer dans de multiples domaines.

L’OCS est devenue une organisation internationale populaire, attractive et qui fait autorité, et de nombreux pays à travers le monde manifestent leur désir d’y participer, a-t-il souligné.

« L’élargissement des fonctions de l’OCS et l’augmentation du nombre de ses membres ont fait de l’OCS une organisation populaire et qui fait autorité, non seulement dans la région, mais aussi dans le monde entier », a expliqué M. Poutine.

Le président russe a indiqué que le 16e sommet de l’OCS marquera l’adhésion officielle de l’Inde et du Pakistan. Les membres discuteront également de la participation d’autres pays.

Notant que plusieurs pays ont des points de vue différents sur certaines questions, M. Poutine a reconnu que leur adhésion à l’OCS ne devrait pas résoudre instantanément leurs problèmes, mais que cela « créerait des conditions pour les résoudre ». « Nous avons bon espoir », a-t-il ajouté.

En outre, M. Poutine a proposé aux pays membres de l’OCS de renforcer leur coopération dans de multiples domaines et d’utiliser l’instance pour régler des problèmes par le biais de la coopération transfrontalière.

L’OCS, qui avait initialement été créée pour faciliter la coopération transfrontalière, a élargi son champ d’action pour s’occuper de questions telles que la coopération politique et la construction d’infrastructures, a précisé M. Poutine.

L’organisation a par ailleurs commencé à discuter de problèmes de sécurité et à s’engager dans la lutte contre les stupéfiants, a-t-il ajouté.

Le chef de l’Etat russe a rappelé que lors de sa création, l’OCS s’était fixée un objectif modeste, important et pragmatique de coopération transfrontalière.

Mais sans sincérité, les problèmes transfrontaliers pourraient ne jamais être résolus ou traîner pendant des décennies, a souligné M. Poutine.

« La sincérité, qui aidera à résoudre plus facilement ces problèmes, dépend principalement des situations intérieures des pays concernés et des convictions et de la philosophie qui guident ces pays au sein de la communauté internationale », a indiqué M. Poutine.

La Russie, la Chine et les autres membres de l’OCS ont atteint leurs objectifs à cet égard en faisant preuve d’une grande sincérité dans leur coopération, s’est félicité M. Poutine, qui a souligné que le mécanisme régional devait être maintenu et qu’il fallait apprécier à leur juste valeur les réalisations du passé ainsi que le développement des relations entre pays membres. Fin

 

Commentaires

commentaires

Pub Appli guinee7 Long

LAISSER UN COMMENTAIRE