Conakry, le 4 Octobre 2016 – Le Gouvernement guinéen à travers le Ministère de la Santé procédera au lancement de la campagne nationale de vaccination contre la poliomyélite du 6 au 9 octobre à Kindia. Ils seront plus de 3 millions à être ciblés pour cette campagne sur toute l’étendue du territoire national contre le virus sauvage de la poliomyélite. Pour ce faire, Dr Moustapha Dabo, Coordinateur National du Programme Elargie de Vaccination/Soins Santé Primaire/Médicaments Essentiels, au nom du Ministère de la Santé, a dressé les contours de cette campagne.

En effet, pour la campagne de cette année, tous les acteurs seront mis à contribution. La Guinée, comme plusieurs pays de la sous-région, a réussi à circonscrire la transmission du poliovirus sauvage bien que le risque d’importation demeure, d’où la nécessité de continuer à pratiquer ces vaccins à plusieurs reprises afin e conférer à l’enfant une protection à vie.

Dans le cadre de cette campagne, Dr Moustapha Dabo dira que les agents de santé feront le porte à porte et se rendront dans les marchés, les gares routières, les débarcadères mais aussi les écoles pour toucher toutes les couches sociales du pays pour une réussite totale.

Quelques indicateurs clefs

La poliomyélite touche principalement les enfants de moins de 5 ans.

Une infection sur 200 entraîne une paralysie irréversible. Parmi les sujets paralysés, 5 à 10% meurent lorsque leurs muscles respiratoires cessent de fonctionner.

Le nombre de cas de poliomyélite a diminué de plus de 99% depuis 1988, passant de 350 000 à 74 cas notifiés en 2015. Cette baisse résulte de l’effort mondial pour éradiquer cette maladie.

Tant qu’un seul enfant reste infecté, tous les autres, dans tous les pays, risquent de contracter la poliomyélite. L’échec de l’éradication dans les derniers bastions de la maladie pourrait aboutir à ce que 200 000 nouveaux cas réapparaissent chaque année au cours des 10 ans à venir.

Il est important de préciser qu’à date, il n’existe aucun traitement contre cette maladie. La prévention reste la seule option dont dispose les médecins. En effet, le vaccin antipoliomyélitique, administré à plusieurs reprises, confère à l’enfant une protection à vie.

Sur les 3 souches de poliovirus sauvage (type 1, type 2 et type 3), le poliovirus de type 2 a été éradiqué en 1999 et le nombre de cas dûs au poliovirus de type 3 a été ramené à son plus bas niveau.

La Cellule de Communication du Gouvernement

Commentaires

commentaires

Pub Appli guinee7 Long

LAISSER UN COMMENTAIRE