Dans la soirée du 31 décembre, Soriba Bangoura, un conseiller de la commune a accroché une banderole, à la devanture de la mairie de Matam, sur laquelle était mentionnée ‘‘la mairie de Matam est à vendre’’ pendant que ses collègues étaient en fête. Le conseiller accuse la présidente de la délégation spéciale d’avoir vendu une partie de la Mairie.

Nous avons voulu en savoir davantage. Nous nous sommes rendus à la Mairie où nous avons rencontré l’Assistant de la présidente de la délégation spéciale, El hadj Mohamed Benny Bah : ‘‘c’est une façon pour lui de revendiquer alors qu’il a écrit au maire qui est l’exécutif. Si tu dresses un courrier à l’exécutif, tu attends la réponse. Il n’a pas attendu la réponse, il s’est mis à faire une banderole et mobiliser les loubards ! Sinon dire que la mairie est en vendre n’a pas de sens.’’

Et d’ajouter : ‘‘Qui peut vendre la commune ? Même le chef de l’Etat ! On ne peut pas vendre une institution publique. Quelle que soit la raison, un citoyen ne peut s’hasarder à vendre un domaine de l’Etat ni un département ministériel. Donc c’est impossible de vendre une mairie à plus forte raison une commune.’’

Cet acte ne restera pas impuni. A en croire à l’assistant du représentant de la délégation spéciale. ‘‘Nous allons débattre ce problème afin que le conseil prenne une décision en proposant la suspension de M. Soriba Bangoura, au ministre. Parce que nous ne pouvons pas, le suspendre. Car c’est le ministre qui l’a nommé’’, a promis El hadj Mohamed Benny bah.

Ismaël Sylla pour Guinee7.com

Print Friendly

Commentaires

commentaires

Pub Appli guinee7 Long

LAISSER UN COMMENTAIRE