La Guinée est le pays de tous les paradoxes. L’ancien ministre Tibou Kamara, qui, après une guerre féroce menée contre le président Alpha Condé, pendant tout le premier mandat de celui-ci, est revenu dans les bonnes grâces du Palais Sékhoutouréyah. L’on se rappelle déjà lors de son retour surprise au pays, qui scellait sa réconciliation avec le Pr Alpha Condé, des rumeurs bien fondées avaient circulé pour annoncer son entrée imminente dans le nouveau gouvernement du second mandat présidentiel d’Alpha Condé. C’est cela qui avait d’ailleurs suscité une levée de boucliers du côté du parti présidentiel où militants et cadres ne comprenaient pas ce subit accès d’amour. Pour ceux-ci, il n’était pas question que quelqu’un comme Tibou vienne au gouvernement après sa ‘‘félonie’’. Et pourtant, Alpha Condé a dû reculer et faire contre bonne fortune bon cœur. Mais du côté des amis de Tibou Kamara, qui s’activaient pour ce rapide retour en grâce, l’on a changé de stratégie en attendant le moment propice, tout en mettant en branle toute la machinerie surtout médiatique.

Cela semble leur avoir réussi, puisque, à la faveur de la crise créée par le retrait de l’opposition de l’Assemblée en protestation contre le projet d’amendement du projet du nouveau code électoral introduit par la mouvance présidentielle, Tibou s’est tout de suite mis en avant en intervenant sur les médias et en jouant un certain rôle pour ramener Cellou Dalein Diallo et ses amis à l’Assemblée nationale. Il annonçait même sur une radio privée que des négociations étaient engagées pour trouver une solution de sortie de crise. Et ce même jour, le groupe parlementaire du RPG-Arc-en-ciel a annoncé qu’il retirait son projet d’amendement de code électoral, par la voix de son président, Amadou Damaro Camara, que l’on a vu escorté de Kiridi Bangoura et de Tibou Kamara, comme pris et amené manu militari à la Maison de la presse pour faire cette déclaration. L’on sentait bien dans ses propos qu’il était contraint de procéder à ce retrait.

Tout semblait indiquer que c’est Tibou Kamara qui a agi auprès du président Alpha Condé pour l’amener à ‘‘contraindre’’ les ‘‘faucons’’ du RPG-AEC à retirer le projet de la discorde. Ce qui fut fait.

Maintenant que cette action réussie est terminée, Tibou se retrouve en très bonne position pour espérer atteindre ses objectifs. D’ailleurs, certains médias n’ont pas attendu pour déjà faire sa promotion en suggérant au président de la République de le nommer à la place de Mamady Youla, le Premier ministre. C’est là que les choses deviennent intéressantes. Car si certains ministres influents souhaitent son entrée au gouvernement, ils n’avaient pas calculé que Tibou lorgnerait plutôt la primature. D’ailleurs, celui-ci n’a jamais caché son hostilité envers Mamady Youla et son opération de charme se déroule à merveille actuellement. Ne parle-t-on pas d’un très prochain remaniement ministériel ?

Problème. Kassory Fofana, proche de Tibou Kamara est aussi intéressé par la Primature. Il clame son désintérêt pour le poste et fait tout, en sous-marin, pour l’avoir. Alors comment fera-t-il avec Tibou, son petit, l’homme qu’il a sorti du trou et habitué aux milieux mondains pendant le régime de Lansana Conté ? Tibou est-il le cheval de Troie de Kassory? Pas très sûr, car ‘‘le principal ennemi de l’amitié, ce n’est pas l’amour. C’est l’ambition’’, disait Philippe Soupault.

Aziz Sylla pour guinee7.com

Print Friendly

Commentaires

commentaires

Pub Appli guinee7 Long

1 commentaire

  1. Je respecte naturellement votre manière de voir la situation politique. Mais, je vous informe que nul ne pourra couvrir le soleil avec ses deux mains, si cela est sans doute, ni kassory ni un autre ne peut faire ombrage au destin du jeune prodige de dinguiraye. Dans ce pays, on a besoin de paix et de se parler, pour cela donc, il nous faut un parmi tous ceux ci qui est en mesure d’emmener la sincérité et le respect égal au sein de notre société politique et milieu intellectuel. Le choix sur Tibou Kamara sera juste et mérité par les actes et discours dont il fait montre depuis un bon moment. Vivement une guinée qui se parle et s’écoute par les efforts de ses signes fils.

LAISSER UN COMMENTAIRE