Après l’adoption du nouveau code électoral, Faya Millimouno, leader du Bloc Libéral a déclaré furieux qu’ ‘‘on a assisté à l’assassinat de l’Etat de droit sous nos yeux. Lorsque le président de l’Assemblée Nationale viole de façon flagrante, la loi, devant caméras, les dispositions du règlement intérieur de l’Assemblée Nationale. Il est clair que la disposition dit, que si un certain nombre de députés demande que le vote soit secret ou à main levée, qu’on demande la présence effective dans la salle de ces personnes, pour faire prospérer la motion de procédure. Que cela n’ait même pas été question, que le président n’ait même pas demandé si oui ou non, il y a un député dans la salle qui est signataire, ça c’est l’assassinat de la démocratie et de l’Etat de droit’’. A rappeler que les députés de l’UFR avaient demandé un vote secret.

Néanmoins ‘‘ce n’est pas l’échec de notre combat. C’est l’échec de la législature qui est aujourd’hui en vigueur dans notre pays’’, a précisé Faya Millimouno.

Bhoye Barry pour guinee7.com 

Commentaires

commentaires

Pub Appli guinee7 Long

LAISSER UN COMMENTAIRE