Samedi dernier, le président de l’Union des Forces Républicaines, Sidya Touré a présidé l’Assemblée générale de son parti en grande partie consacrée à l’adoption du nouveau code électoral.

Le nouveau code électoral est le fait de : ‘‘l’UFDG qui s’est joint au RPG, et non celui du peuple’’, a-t-il indiqué. Avant de poursuivre : ‘‘J’attends pour la prochaine fois quand le RPG va proposer un texte ou quelque chose non conforme à la loi, les partis qui viendront me dire qu’il y a une violation de la loi à l’Assemblée nationale. Puisque quand une loi vous arrange, vous la laissez passer. Et quand ça ne vous arrange pas, c’est pour venir dire ah ! ils ont encore violé la loi. Personne n’osera dire cela maintenant à l’hémicycle. Nous donnons maintenant une carte blanche au RPG de violer les lois jusqu’au jour où il quittera le pouvoir. Parce que nous comprenons que ce n’est plus un problème de droit, mais plutôt un problème d’intérêt.’’

Par ailleurs ‘’Quand vous arrivez à un certain niveau même si vous faites amitié avec quelqu’un, chacun doit montrer son exigence. Sinon l’on ne saura pas qui est qui. L’UFR est un parti libéral, indépendant et centrique. En même temps nous avons dit que nous ne sommes pas de la Mouvance présidentielle. Normalement, c’est l’UFDG qui se trouve maintenant dans la Mouvance, pas l’UFR. Parce que c’est lui qui a voté avec le parti au pouvoir, se sont eux qui conjuguent le même verbe. En tout cas, sur ce coup-ci’’, a martelé celui qui est aussi le Haut Représentant du Chef de l’Etat.

‘’Ce n’est d’être contre quelqu’un mais c’est bien expliquer que ce texte ne fonctionnera pas. De toute façon la loi n’a jamais prévu dans notre pays qu’un chef de quartier doit être nommé par un parti politique. Non seulement l’idée de la nomination est contraire à la loi, mais je m’oppose fondamentalement à l’idée disant que quelqu’un qui a 30 pourcent peut nommer les chefs de quartiers‘’, a fait savoir le leader de l’UFR.

Ismaël Sylla pour Guinee7.com

Commentaires

commentaires

Pub Appli guinee7 Long

1 commentaire

  1. Il faudrait de-politiser le titre de CHEF DE QUARTIER. Les habitants d’un meme quartier ou secteur devaient creer eux memes des associations autonomes et apolitques pour pouvoir independamment prendre des decisions sur les affaires courantes de leurs quartiers/secteurs. Par contre les mairies ou les communes doivent etre sous le control politico-administratif des partis politiques suivies des prefets et sous-prefets. C’est un debat qui merite de l’attention, mais nous perdons trop de temps autour d’un probleme dont plusieurs solutions existent.

LAISSER UN COMMENTAIRE