‘‘Je suis Moussa Sylla et mon nom de média c’est Moïse, pourquoi ? Parce qu’à Gangan FM où j’ai fait mes premiers pas dans le métier de journalisme, il y avait beaucoup de personnes portant le nom Sylla ; pour ne pas en rajouter aux confusions, étant donné que le fondateur du groupe est Abé Sylla, le directeur général c’était Baba Sylla et autres, donc ça allait être une histoire de famille. C’est de ce fait que le directeur général a dit : « Tiens, toi, tu ne vas pas t’appeler Moussa Sylla, mais on va t’appeler Moussa Moïse ». C’est comme ça que je suis allé à l’antenne pour la première fois avec cette appellation et c’est ce qui me suit jusqu’aujourd’hui’’, c’est comme ça s’est présenté le désormais directeur général de la télévision Espace TV, Moussa Moïse Sylla. Chroniqueur dans l’émission ‘’Les Grandes Gueules’’, il nous a reçu ce jeudi 23 février, où se soumettant à nos questions, il nous a donné ses sentiments sur sa nomination, des explications sur ses ambitions et fait le récit de son parcours.

Quel a été votre parcours ?

Tout d’abord, j’ai fait mes études primaires en Côte-D’ivoire. C’est en 9ème année je suis venu ici et fait droit public à l’université UNIC. Après mes études universitaires, j’ai fait des cours d’aptitude en journalisme ; des stages à France Télévision ; j’ai été correspondant de l’AITV qui était la chaine qui relayait les informations de l’Afrique en Europe et qui vendait également des reportages à TV5 Monde ; je suis toujours pigiste au compte de TV5 et du journal Afrique-Monde et jusque récemment j’étais le directeur d’information d’Espace TV et chroniqueur dans l’émission ‘’Les Grandes Gueules’’.

Quel est votre sentiment aujourd’hui, face à cette nomination ?

C’est un sentiment de reconnaissance à l’endroit de Dieu qui a permis que je vois ce jour arriver, et de redevabilité, de gratitude à l’endroit de mes responsables, le directeur général du Groupe Hadafo, Kalil Oularé et du PDG, Lamine Guirassy, qui m’a fait confiance. Depuis que j’étais à Gangan, il m’a fait part de l’idée du projet d’Espace TV qui n’existait pas en ce moment-là. Il m’a demandé de construire avec lui cette télévision et de m’occuper du côté rédactionnel. Ce qui était une grande confiance et  tout de suite le premier poste que j’ai occupé ici en tant que premier journaliste recruté d’Espace TV, c’est un poste de responsabilité, directeur de l’Information. Mon jeune âge peut être perçu par certains patrons de médias comme un obstacle, mais lui, il ne m’a pas demandé : « combien d’années d’expérience tu as ? » ni « combien de diplôme tu as ? » Cela m’a permis d’avoir confiance en moi-même. Donc, je lui suis entièrement reconnaissant et redevable. Le sentiment qui m’anime également est un sentiment de joie, puisque je vais tout de même pouvoir faire ce dont j’ai toujours rêvé, c’est-à-dire avoir à gérer un personnel beaucoup plus grand. Je gérais la direction de l’Information, mais c’est un peu plus réduit là, et maintenant j’ai la gestion de toute une télé, c’est-à-dire que beaucoup de services relèvent directement de moi et j’aurais la lourde tâche de faire fonctionner la télé, de la faire vivre, de rénover, de retoucher tout ce qui est émissions et magazines d’informations. Donc c’est un nouveau défi et les défis je les aimes, parce que ça me permet de me surpasser, de me remettre en cause et d’apprendre. Je suis assez confiant, parce que j’ai une ressource humaine assez qualifiée dans toutes les sections, sur laquelle je peux compter pour mener à bien cette mission.

moussa moise

Vu la concurrence, ne pensez-vous pas que cette fonction est trop lourde pour vos épaules ?

Comme le disait l’autre, « il n’y a pas de marché saturé pour un bon produit ». Espace TV a trouvé d’autres télévisions privées sur place, je ne vais pas dire que nous sommes les meilleurs en Guinée, mais nous comptons aujourd’hui parmi les meilleurs. Et en seulement trois ans, nous avons réussi à faire ce que d’autres télés n’ont pas fait pendant des années. Et je pense que la concurrence ne m’effraie pas, c’est plutôt un facteur qui va beaucoup plus me galvaniser et galvaniser ma troupe. Ce n’est pas un facteur qui m’apeure, mais plutôt un facteur d’engagement. Ça permettra à la Guinée de mieux se faire connaitre, de mieux se faire vendre, puisque chaque télé voudrait innover, et ça nous permettra de faire de bonnes productions et de bons rendements à l’antenne.

Quelles sont vos ambitions pour la suite ?

De retoucher les différentes éditions d’information, nous avons les éditions en langues nationales, la grande édition qui passe à 22h, nous avons le 10 minutes qui permet de donner un avant-goût du 22h et de faire le point sur l’actualité politique qui a dominé la journée. Donc, bientôt nous allons mettre en place le journal en anglais, pour que nos compatriotes à l’étranger puissent suivre dans la langue qu’ils comprennent, l’actualité de leur pays. Et aussi, c’est d’avoir une émission grand public qui sera à l’image de “C midi“, qui passe sur la RTI (Radio Télévision Ivoirienne, NDLR), qui va  être animée par une femme qu’on a choisie en fonction de ses capacités, de ses compétences et de ses talents, ce sera une émission de midi qui va permettre à l’animatrice de recevoir des artistes, des personnalités du monde de la culture, afin d’échanger sur des sujets qui défraient la chronique, comme c’est actuellement le cas avec ces vidéos qui circulent sur la toile. Nous aurons aussi des correspondants à l’intérieur du pays, mais aussi dans la sous-région. A rappeler que ma nomination fait partie d’un plan global d’extension de la télévision Espace TV. Nous devons, si Dieu le veut, dans les mois qui suivent ou dans un an, quitter ce local pour un siège construit par nous et qui va permettre à toutes les équipes d’avoir un espace où on peut véritablement dérouler nos productions et faire nos émissions. Ce plan global permettra d’avoir une télé mixte, qui va pendant la journée être une télévision d’information, de l’info à chaque trente minutes, comme les grandes chaînes et dans la soirée une télé un peu généraliste. C’est une nouvelle ambition qui se fera bientôt avec de nouveaux visages. Espace TV sera  une télé plus dynamique, beaucoup plus engagée vers l’information.

Nous savons aujourd’hui que vous avez des problèmes de distribution, quelle sera votre alternative ?

Il y a actuellement le partenariat avec Canal+ qui est en train d’être revu ; nous devrions être déjà sur ce bouquet, mais il y a eu quelques difficultés. Mais je pense que les uns et les autres sont revenus à de meilleurs sentiments, si tout se passe bien nous pourrons être sur ce bouquet, ce qui d’ailleurs nous permettra d’avoir une meilleure visibilité sur le territoire, mais également à l’international. Avec Star Times à l’international, c’est une chose déjà faite, il est maintenant question de se battre pour que sur le plan local ça soit possible. Et pour information, une fois le déménagement fait, nous aurons nos propres pylônes pour pouvoir émettre à partir du territoire guinéen, ce qui n’est pas maintenant possible, puisque nous sommes soumis aux aléas d’internet, toutes les émissions qui sont produites sont préenregistrées et envoyées via internet sur le serveur qui se trouve à Paris pour diffusion. Vous voyez donc que ce n’est pas facile d’évoluer dans un tel environnement ; il y a le stress qui est là puisqu’il faut faire les choses à temps, il faut respecter les auditeurs et ça peut être un handicap. Mais c’est aussi quelque chose qui va forger notre détermination, notre courage. Donc avec le déménagement sur le nouveau site, nous n’aurons plus de problème d’accessibilité et les gens pourront nous capter à partir de leurs antennes locales et des distributeurs locaux.

Enfin ?

Je tiens à remercier le PDG, le DG du groupe Hadafo Médias. Je tiens à rassurer les téléspectateurs qui nous suivent depuis le début de cette aventure. Parce que nous avons eu beaucoup de soutiens, quand on nous avait menacés de fermeture par des ministres de la Communication. Je les remercie et leur dit que nous allons nous surpasser, pour qu’en Guinée, il soit possible d’avoir des télévisions à l’image des grandes chaines. En Guinée, nous avons la compétence qu’il faut, la matière grise qu’il faut, même si l’environnement est difficile et différent. Mais qu’à cela ne tienne, nous avons la volonté ici à Espace TV de rénover, de nous remettre en cause, de toujours viser loin pour vendre l’image de la Guinée, pour mettre à la disposition des téléspectateurs l’information. C’est notre ambition. Nous leur demandons de nous faire confiance et le meilleur reste à venir.

Propos recueillis par Abdou Lory Sylla pour Guine7.com

Commentaires

commentaires

Pub Appli guinee7 Long

3 COMMENTAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE