C’est ce jeudi, qu’a eu lieu dans un réceptif hôtelier de Conakry, la clôture de l’atelier de concertation sur la problématique de l’impunité en Guinée : enjeux et défis. Initié par le ministère de l’Unité nationale et de la citoyenneté, au compte du projet d’appui à la société civile PASOC, financé par l’Union européenne.

Durant cet atelier qui s’est étendu sur deux jours, les différents participants, composés notamment des acteurs de la société civile, des institutions étatiques et internationales, se sont entretenus sur les solutions pour éradiquer l’impunité pour un meilleur développement de la Guinée.

Pour cette dernière journée, les participants répartis en trois groupes, ont restitué les résultats de leurs travaux et fait des recommandations sur les thèmes qui sont respectivement : la lutte contre l’impunité pour des crimes les plus graves, pour le premier groupe; la lutte contre l’impunité pour les crimes et violences sexuels, notamment VBG et MGF ( violences basées sur le genre et mutilations génitale féminine, NDLR), pour le deuxième groupe; et la réforme du secteur de la justice et de la sécurité, pour le troisième groupe.

M. Karifa Gassama Diaby, ministre en charge du département a, dans son discours de clôture, adressé ces sincères remerciements et sa parfaite satisfaction à l’endroit des participants et des partenaires financiers : “Il faut qu’en Guinée nous puissions tous nous mettre d’accord sur un certain nombre de principes universels qui sont les bases de toute société, saine, juste, stable et qui soit fondée sur une certaine forme d’éthique et d’humanisme, qui caractérise principalement le système démocratique et les droits humains qui les accompagnent. Permettez-moi, une fois encore et tout en espérant que ce cadre sera consolidé, vous exprimer toute ma satisfaction, tous mes encouragements. En espérant que nos concitoyens sauront comprendre l’enjeu de la question de l’impunité. En tout cas ce que je peux vous promettre, c’est que le message sera transmis et je suis convaincu que les différents acteurs concernés, s’y impliqueront pour faire en sorte de réaliser ce rêve qui est le nôtre, c’est-à dire faire de la Guinée une société de fraternité républicaine, démocratique, de justice, où personne ne subira l’injustice. “

Les participants à travers leur porte-parole, M. Mamadou Malal Diallo, de la société civile, ont exprimé leur “gratitude aux organisateurs de cette importante activité pour la pertinence du choix du thème, qui se trouve être une préoccupation majeure de toute la société civile et des organisations des droits de l’homme en particulier, aussi des populations de notre pays. Nous remercions le ministère qui nous a offert l’opportunité de prendre part aux travaux de cet atelier afin d’apporter chacun en ce qui le concerne, son expérience et sa contribution à la résolution d’une préoccupation nationale, tel que le phénomène de l’impunité qui est le terreau fertile des violations récurrentes des droits de l’homme en Guinée. Egalement merci au PASOC et à l’UE qui par leur action concertée ont permis la réalisation du présent atelier. Nous, participants nous nous engageons à tirer les meilleurs profits des échanges fructueux qui ont résulté de cette importante rencontre“.

Mme Patrima Frantzen, représentante de la Délégation de l’Union européenne a rassuré les participants du soutien de son organisation : “nous espérons que les différentes recommandations que vous avez faites seront prises en compte. Nous avons entendu vos requêtes en matière de moyens, de capacités. J’ai vu que les campagnes de sensibilisation sont très très importantes pour vous. Il faut les programmer, et pour cela, il faut des moyens on est bien conscients. Vous pouvez compter sur l’Union européenne pour vous y aider, à travers le PASOC, mais également tous les autres programmes.“

Abdou Lory Sylla pour Guine7.com

Print Friendly

Commentaires

commentaires

Pub Appli guinee7 Long

LAISSER UN COMMENTAIRE