Au cours de l’Assemblée général de l’UFDG tenue à Matam, ce samedi 11 mars 2017, El Hadji Cellou Dalein Diallo a apporté son soutien à son vice-président, Fodé Oussou : ‘‘L’UFDG, vous savez, est un grand parti, nous suscitons beaucoup de jalousies et parfois de la haine même, on est en train de dresser les loubards contre l’UFDG. Vous avez suivi ce qui s’est passé avant d’hier, les loubards ont été dressés pour venir s’attaquer à la pharmacie du vice-président, le président du groupe parlementaire de l’UFDG, Dr Fodé Oussou Fofana. Je voudrais exprimer ici au nom de tout le parti, notre solidarité avec Dr Fodé Oussou Fofana. Ces femmes sont venues dressées et corrompues, payées pour venir insulter notre vice-président. Et la télévision nationale s’est autorisée de diffuser directement dans son journal. Alors qu’on insultait le père et la mère d’un haut cadre. C’est pour vous dire que l’agression, l’offensive contre l’UFDG ne fait que commencer.’’

Il dit tout de même que son parti ne se laissera pas faire : ‘‘Je vous l’avais dit, nous n’allons pas, nous laisser faire. Parce que malheureusement nous avons un parti Etat qui est au service du clan présidentiel et qui favorise justement l’insécurité de nos compatriotes. Lors des manifestations des élèves et parents d’élèves, on a tué huit de nos compatriotes dont la plupart étaient des élèves et dont une femme en grosses de 6 mois. Jusqu’à présent aucune disposition n’a été prise pour mener des enquêtes afin d’identifier les auteurs de ces crimes horribles. Au niveau de l’opposition républicaine, nous avons dit que nous allons lancer un appel à toutes les forces vives de la nation pour qu’on organise une journée de protestation contre les crimes et l’impunité accordés à ceux qui ont du plaisir à assassiner nos compatriotes lors des manifestations pacifiques. Je sais que ce n’est pas une question de parti politique. C’est tous les Guinéens qui en ont marre de l’insécurité et de l’impunité que le gouvernement continue d’accorder à ses criminels.’’

Et d’exhorter à la ‘‘lutte que nous avons engagée contre la dictature, l’ethnocentrisme, l’insécurité et l’impunité. L’UFDG sera toujours devant pour conduire ce combat avec toutes les forces vives. Vous avez vu l’autre jour, ce n’est pas une question de parti politique. Monsieur Alpha Condé a voulu attribuer ça à l’UFDG. L’UFDG n’avait rien fait. C’est les élèves et les parents d’élèves qui étaient sortis pour exiger la réouverture des classes pour que nos enfants aillent à l’école. Aujourd’hui l’UFDG fait l’objet de toute sorte d’agression par des loubards dressés par des extrémistes du RPG et d’autres partis de la mouvance présidentielle. Nous ne nous laisserons pas faire. Nous allons continuer notre combat pour le triomphe de la justice, de l’Etat de droit et de la démocratie dans notre pays’’.

Bhoye Barry pour guinee7.com

Commentaires

commentaires

Pub Appli guinee7 Long

1 commentaire

  1. Cellou Dalein. Ceux qui avaient érigé les barricades à Hamdallaye, Bambeto et cosa n’étaient pas des syndicalistes mais plutôt les militants de votre parti.Ils ont profité de la grève des syndicats pour faire de la récupération.

LAISSER UN COMMENTAIRE