Pendant que le syndicat demande le départ du recteur Jacques Kourouma, une affaire d’enseignants fictifs éclate à l’université de Kindia. On accuse les autorités de l’Université d’avoir profité de la demande de la liste des enseignants homologués par le ministère de la Fonction publique, pour insérer les noms de leurs enfants ou protégés. Une certaine Sarata Kaba qui serait la fille d’un ponte des lieux aurait été insérée dans la liste des nouveaux fonctionnaires en lieu et place des vrais homologués.

‘‘Nous sommes là ça fait dix ans, sept ans pour d’autres. Nous donnons les cours normalement. Nous sommes reconnus, nos noms figurent sur la liste des homologués, c’est-à-dire nous sommes des légaux. Ils nous ont demandé de fournir des dossiers pour l’engagement, nous avons déposé ces dossiers à la direction des ressources humaines. Puisque pour nous, c’est une direction crédible et responsable. A notre étonnement, à la sortie de ces résultats-là, nos noms ne figurent pas sur la liste des engagés. Que de fictifs. Il y a eu des gens qui ne connaissent même pas Kindia et qui n’ont même pas fait l’école. D’autres sont en Licence 1 ; et puis on les enseigne actuellement. Nous sommes leurs encadreurs. Et puis dans un système LMD on se permet de donner un diplôme de maitrise à une étudiante qui n’est pas encore en Licence 2’’, témoigne Mme Baldé, une des victimes.
‘‘Toute la journée du mardi, le rectorat a tenté de noyer le poisson en tentant de corrompre les victimes. En effet, le rectorat leur a proposé le salaire d’un fonctionnaire (1 600 000GNF) au lieu des 600 000 GNF qu’ils reçoivent actuellement comme homologués. Naturellement, les victimes ont refusé cet arrangement tout en demandant des explications sur ces fictifs dont certains n’ont même pas le diplôme universitaire. Comment ont-ils été classés ? Qui les a infiltrés ? Ce sulfureux dossiers semble avoir beaucoup de ramifications : rectorat, scolarité (falsification de diplôme) et décanat des Sciences Économiques’’, nous a indiqué un enseignant de l’université.

Mme Baldé n’est pas au courant du deal entre les vrais homologués et le rectorat. Elle révèle tout de même que les négociations sont engagées avec le recteur. ‘‘Il (le recteur) dit que c’est inconcevable, c’est irresponsable, qu’il regrette. Il dit qu’il est contre l’injustice’’, nous rapporte Mme Baldé.

Pour sa version à propos des fictifs, quand nous l’avons appelé, le recteur M. Jacques Kourouma, a crié à la cabale. ‘‘Appelez-les, ils n’ont qu’à témoigner. Appelez tout ce monde. Ils n’ont qu’à témoigner. Je vous invite même à venir à l’université. Vous allez parler avec tout le monde, avec qui que vous voudrez, sauf moi. Comme ça, vous vous ferez une idée sur ce qui est dit et de ce qui n’est pas dit. Je pense que c’est la meilleure réponse. Venez à l’université, rencontrez les étudiants, les ouvriers et même la population, après vous aurez une idée’’, a répondu le recteur.

Fictifs

Ibrahima S. Traoré pour guinee7.com

Commentaires

commentaires

Pub Appli guinee7 Long

1 commentaire

  1. ce n’est pas cette mamaya qui ferra developper notre pays, les vrais problèmes de la guinée ne sont jamais touchés au bout du doigt. les dirigeant prefèrent jeter l’argent de l’Etat dans les mamaya que de faire face aux besoin de la population; nous ne savons plus sur qui compté;

LAISSER UN COMMENTAIRE