Mamady Kaba, président INIDH

Après plusieurs semaines de détention par les autorités sénégalaises, Aboubacar Sidiki Diakité dit Toumba a été finalement extradé le dimanche 12 mars dernier vers Conakry. Le président de l’INIDH (Institution nationale indépendante des droits humains) est du panel des défenseurs de l’homme qui ont réagi à cette extradition au micro de notre reporter. Mamady Kaba considère cet acte comme un pas en avant vers la tenue d’un procès sur le massacre du 28 septembre 2009. Dans la même lancée, il sollicite le retour de toutes les autres personnes inculpées ou citées dans cette affaire se trouvant hors de la Guinée.

« C’est un pas important pour la tenue d’un procès dans le dossier du 28 septembre. Mais je ne pense pas que ce soit suffisant, il reste beaucoup à faire. Nous attendons à ce que tous ceux qui ont un mot à dire sur le dossier se retrouvent en Guinée, notamment M. Dadis Camara et M. Sékouba Konaté. Il faut poursuivre pour que nous ayons le sentiment d’un procès digne du nom. Ce qui m’inquiète, j’ai l’impression que l’extradition de M. Toumba Diakité est en train d’être perçue par beaucoup de nos compatriotes comme la fin d’un feuilleton. Moi je pense plutôt que c’est le début d’un autre. Il faut fournir beaucoup d’efforts pour que tous les coupables soient sanctionnés et qu’aucun innocent ne paye à la place des coupables », souligne Mamady Kaba.

Parlant de la sécurité de Toumba Diakité, le président de l’INIDH estime que c’est un défi pour les autorités guinéennes. « Toumba lui-même, a dit quand il était en détention au Sénégal qu’il n’était pas en sécurité en venant en Guinée. Alors la question de la sécurité devient un devoir et même un défi pour le gouvernement et les autorités sécuritaires de la Guinée pour que rien de mal n’arrive à Toumba Diakité. Tout doit être mis en œuvre pour assurer sa sécurité, pour lui permettre de donner sa version des faits en toute liberté, et que son témoignage soit recueilli et mis au service de la justice en toute sécurité ».

Aboubacar Sidiki Diakité n’est pas le seul inculpé dans cette affaire. « Il y a non seulement certains inculpés qui occupent de hautes fonctions, mais il y en a d’autres aussi qui sont à l’extérieur du pays, qui doivent rejoindre le bercail pour éclairer la lanterne de la justice. Il faut permettre aux inculpés qui occupent de hautes fonctions d’être mis à la disposition de la justice et aussi ceux qui sont hors du pays. Je pense à M. Dadis Camara qui demande à rentrer au pays pour aider la justice à connaître la vérité. Il faut que tous les efforts soient faits pour que dans les meilleurs délais, M. Dadis Camara soit en Guinée pour aider à la manifestation de la vérité », recommande Mamady Kaba.

Quant à la tenue du procès promis pour cette année par le gouvernement, le président de l’INIDH reste prudent. « Attendons de voir. Je le souhaite personnellement, mais je reste encore prudent et j’observe comme tout le monde », a-t-il indiqué.

L'indépendant

Mamady Condé

Commentaires

commentaires

Pub Appli guinee7 Long

LAISSER UN COMMENTAIRE