L’Union des forces républicaines (UFR), a tenu ce samedi comme à son habitude son assemblée générale à son siège à Matam. Sous la présidence de son 1er vice-président, l’honorable Bakary Goyo Zoumanigui.

Au cours de cette assemblée générale. Les principaux ordres du jour étaient axés principalement sur entre autres, la restructuration des organismes du parti à Conakry et le renvoi à l’assemblé de la loi organique relative au code électoral.

Après le contrôle à travers une liste de présence, des principaux chefs de fédérations. Le président de la séance a martelé : “l’assemblée générale est obligatoire pour tous les responsables du bureau exécutif jusqu’à la section. C’est obligatoire. Et à partir de maintenant un responsable qui ne s’est pas présenté, on le considère comme démissionnaire. C’est pour cela, nous parlons chaque fois de restructurations des organismes à Conakry. Il faut que Conakry donne l’exemple. C’est le miroir et il faut que vous donniez l’exemple. Mais soyez rassuré, nous allons lancer une inspection générale de toutes nos structures.“

Il annonce par ailleurs que “lorsque nous nous sommes opposés au vote de la loi organique relative au code électoral, beaucoup de gens nous ont critiqués. Mais puisque nous, nous travaillons sur la base des lois et des textes existants, de la constitution, je suis heureux de vous dire que ce code va revenir encore à l’Assemblée, parce qu’elle ne correspond pas à ce que la constitution dit. Je le dis, c’est de la voix du conseiller spécial du président de la République, j’ai son discours ici sous la main, en relation avec les institutions républicaines.  C’est une bonne nouvelle et j’espère que cette fois-ci l’Assemblée nationale va bien élaborer ce texte à la satisfaction de tout le monde“.

Interrogé sur la question du renvoi de la loi organique, l’honorable Deen Touré président du groupe parlementaire de l’alliance républicaine précise : “vous avez suivi l’ouverture solennelle de la session des lois. Le ministre conseiller, chargé des relations avec les institutions républicaines a prononcé un discours. Et dans ce discours, il a dit dans un paragraphe que le code des collectivités doit retourner pour une seconde lecture à l’Assemblée nationale. Nous avons examiné ce sujet dans la dernière réunion du bureau de l’assemblée qui était avant-hier. Il a été noté en premier lieu que la cour constitutionnelle n’a pas encore réagi en ce qui concerne le code électoral, qui est arrivé normalement làbas. Puisque le chef de l’état a l’obligation de soumettre les lois organiques à la cour constitutionnelle pour avis de constitutionnalité concernant le code des collectivités. Mais il n’a même pas été transmis. Parce que dès après le vote le concernant, il y a un écrit de l’exécutif demandant le rajout d’un certain nombre d’éléments qui n’était plus possible parce que le vote avait déjà été effectué et qui ne peut se faire que dans le cadre d’une relecture, une revue. Donc c’est à ce titre, je crois que monsieur le ministre a prononcé dans son discours que le code des collectivités reviendra en seconde lecture à l’assemblée. Concernant le code électoral, il n’y a pas d’avis encore, je ne suis pas encore informé que le code électoral est renvoyé pour une seconde lecture. “

Abdou Lory Sylla pour Guinee7.com

Commentaires

commentaires

Pub Appli guinee7 Long

LAISSER UN COMMENTAIRE