Aboubacar Diallo, directeur général de Wassolon

La structure Wassolon Agency Communication (WAC) a tenu Vendredi dernier, dans la salle Mohamed-Koula-Diallo de la maison de la presse à Coleah, une conférence de presse au cours de laquelle, son directeur général et le responsable de la commission organisation, respectivement MM. Aboubacar Diallo et Talibé Diallo, ont annoncé la tenue désormais, chaque 3 mai, de la grande soirée des médias guinéens pour commémorer la journée internationale de la liberté de la presse.

Pour cette première édition placée sous le haut patronage du président de la République, Alpha Condé, le thème choisi est : “Les médias guinéens : du dynamisme à l’incertitude. “
“Nous avons remarqué dans notre pays que cette date du 3 mai qui est celle de la liberté de la presse, passe le plus souvent sous silence. A part le rapport que RSF (reporter sans frontière) dresse, qui est relayé par nous, médias guinéens. Il n’y a pas d’autres activités menées par des structures à l’interne pour marquer cette date. Donc nous voulons rompre avec cette pratique pour désormais marquer le coup de cette date, organiser quelque chose qui puisse focaliser le regard de tout le monde sur les médias guinéens. Il faut, parce que ça n’existe pas, créer des espaces de rencontres entre nous professionnels des médias. Mais aussi que nous puissions nous confronter avec ceux qui consomment, pour pouvoir connaitre leurs points de vue sur la liberté de la presse. C’est l’occasion aussi dès que l’espace sera créé, de faire venir les décideurs, les autorités et les partenaires pour attirer leurs attentions sur l’exercice de ce métier“, précise Aboubacar Diallo.

“Cette activité a trois objectifs, celle de marquer le coup de la date du 3 mai. Deuxièmement créer un espace de discutions, de partage de débats pour faire l’état des lieux de la fonction de nos médias. Pour que ceux-ci continuent à jouer le rôle qu’on attend d’eux dans le cadre de l’encrage du processus démocratique dans notre pays. Et troisièmement, il s’agit de créer un espace de réjouissance aussi puisque c’est une occasion de fête, mais aussi de récompenser et de saluer les parcours et les mérites“, souligne-t-il.

“Nous avons construit un programme qui va contribuer à la réussite de cette première édition. La veille, il est prévu qu’il y’ait une rencontre dans une université de la place entre les journalistes de la presse guinéenne et les étudiants en journalisme et autres filières de communications. Ce qui sera l’occasion pour eux de se frotter aux journalistes et leurs permettre de poser toutes les questions qui leur sembleront intéressantes, et leur montrer que ce métier mérite d’être exercé. Détaille Talibé Barry, avant d’ajouter. Le jour même de la soirée il y’aura la projection d’un documentaire qui va permettre à l’assistance d’avoir le témoignage de journalistes dont certains après avoir rendu de bons et loyaux services à la nation, après avoir souffert dans l’exercice de cette fonction, sont aujourd’hui dans un état de maladie. Mais également dans ce documentaire il y’aura certains parmi vous qui vont expliquer les difficultés auxquelles on est confronté en termes de risques du métier, et enfin on donnera la parole à des personnes dont le parcours a été exemplaire dans ce pays et dont la position peut leur permettre de faire un diagnostic sur l’environnement du métier’’.
Et cerise sur le gâteau, ‘‘il y a une partie aussi appelée récompense, il s’agit de faire en sorte que les gens qui ont donné du leur pour que ce métier avance et rayonne, puisque comme l’indique le thème, ce dynamisme là a été porté par des gens, et nous allons les récompenser et d’autres mêmes à titre posthume. Et enfin nous allons joindre l’utile à l’agréable. Il y aura une partie de prestations artistique, humoristique, et tout cela pour donner une autre couleur à la soirée“, conclut le responsable de la commission d’organisation.

Abdou Lory Sylla pour Guinee7.com

Commentaires

commentaires

Pub Appli guinee7 Long

LAISSER UN COMMENTAIRE