Thierno Mamadou et son avocat au sortir de l'audience

Trois heures après la réouverture de l’audience, ce jeudi 13 avril, le tribunal de première instance de Dixinn a renvoyé pour une troisième fois, le procès opposant Thierno Mamadou Bah, ancien journaliste, à l’homme d’affaires, Kerfala Person Camara ‘‘KPC’’, au 27 avril 2017. Le tribunal privilégie ainsi les dossiers de 24 détenus inscrits au rôle.
En attendant, le parquet a requis un an d’emprisonnement contre le prévenu, Thierno Mamadou Bah.

A l’entame de sa défense, Me Béavogui, avocat de l’ancien journaliste a estimé que ni le parquet et encore moins la partie civile n’était en mesure d’établir une preuve montrant la culpabilité du prévenu. ‘‘Nous avons démontré que dans cette affaire, les emails que mon clients et l’homme d’affaires s’étaient échangés n’étaient pas écrits au personnel. Mon client n’a fait que relayer l’intention d’un journaliste dont il était prêt à livrer l’adresse au tribunal, mais le parquet dit qu’il n’en a pas besoin. Dans les écrits mon client n’a pas parlé en son nom mais d’un journaliste qui existe bel et bien et qui est connu de tous’’, a-t-il tenu à faire savoir aux magistrats du siège en précisant que son client n’a jamais réclamé quoi que ce soit à l’homme d’affaires.

‘‘Mon client n’a jamais demandé 500 millions ; il n’a j’aimais eu de vidéo sextape. Les fichiers que le journaliste lui a présentés portaient sur les travaux publics, donc en terme de remise l’infraction n’existe pas’’, a souligné Me Béavogui.

Pa railleurs, parlant de la prochaine audience prévue au 27 avril, Me Antoine Pepe Lamah, avocat de la partie civile, a estimé que trois infractions pourront être cumulativement retenues à l’endroit de Thierno Mamadou Bah : l’infraction de tentative de chantage, tentative d’escroquerie et diffamation.

Pour lui, ’’ Thierno Mamadou a fait un montage, une mise en scène en créant un cinéma qui n’a jamais connu de support probant. Mais cependant il est dans l’incapacité de prouver l’existence de la vidéo et du journaliste qui la détiendrait. Donc nous, nous avons estimé que c’est une machination qui n’avait pour seul but que d’obtenir les fonds de Kerfalla Person Camara. En conséquence, nous déduisons que la réticence de l’homme d’affaire de céder aux desiderata de Thierno Mamadou Bah s’appelle tentative d’escroquerie. C’est indépendamment de la volonté de l’ancien journaliste que le fond n’a pas été obtenu. Donc, nous estimons également que la tentative d’escroquerie est établie’’.

Et d’ajouter : ‘‘nous sommes convaincus qu’à l’audience du 27 avril, Thierno Mamadou sera retenu dans le lien de la culpabilité et sera condamné conformément à la peine que le président audiencier va retenir contre lui, et un franc symbolique nous sera accordé.’’
En guise de conclusion, Me Antoine Pepe Lamah espère qu’en cas de la victoire de la partie civile, Thierno Mamadou Bah sera contraint de faire une large diffusion des messages dans la presse nationale et étrangère pour rétablir la conscience morale de l’homme d’affaire et redorer son image.

Ismaël Sylla pour Guinee7.com

Commentaires

commentaires

Pub Appli guinee7 Long

LAISSER UN COMMENTAIRE