Le doyen SEKOU Saramady Kourouma ancien journaliste de la voix de la révolution grand chroniqueur en langue Mandingue à la Radio liberté Fm n’est plus!

Sekou Saranmady Kourouma est né en 1948 à Missamana dans Kouroussa (Haute Guinée). Le journalisme et l’enseignement sont les deux mamelles de sa vie. Après les lycées techniques Hô Chi Minh de kankan et de Donka de Conakry (1961-1967), Sekou Saramady a fait des études de journalisme au Studio école de la « voix de la révolution » actuelle RTG, à l’institut Universalis de Liège (Belgique ), un stage en Chine (1975), des études d’anglais (1980-1994) aux centres culturels Américains de Monrovia et Abidjan et au centre Jean Baptiste de Conakry.

Ancien reporter de l’ agence guinéenne de presse (AGP), ancien attaché de presse du Ministère du développement rural.

De kankan. Il sillonnera la sous- région Ouest africaine pour prendre goût à l’enquête et à la recherche.

Chroniqueur, animateur, créateur et réalisateur des émissions Minimini gnalen rtg novembre 1971-février 1976 en compagnie de Saran Camara et de Mahawa Cissé et seront rejoints par Touraman Diabaté.

À l’avènement de la libération de l’espace audiovisuel Guinéen en 2006,Cheik Fantamady Condé, alors Directeur général de la Radio liberté FM le fera venir à liberté FM où il animera avec succès l’émission wuden.

Photo journaliste, l’auteur de « proverbes , adages et boutades mandingues » enseigne l’anglais dans certains lycées de la capitale guinéenne.

Il intégrera la voix de la révolution suite à un concours organisé par la fonction publique.
Affecté au service des programmes, il travaillera en qualité de régisseur d’antenne, avant rejoindre la rubrique des langues nationales où il rejoindra, Les M’Bemba Deen, Alpha Soumah, Ibrahima Kaba, Youssef Abou Kalil et Abdoulaye Poredeka Diallo de tous ces éminents traducteurs, seul Abdoulaye Poredeka Diallo en âge avancé vit encore de nos jours.

Aux milieux des 70, il quittera la voix révolution pour un long séjour au Ghana, au Liberia et en Côte d’Ivoire.

Amoureux de l’écriture, son long séjour dans les pays anglophones lui permettront de parfaire son anglais qu’il parlait et écrivait couramment.
Il était marié, père de nombreux enfants et même Muezzin de l’une des mosquées situé sur la corniche Sud de Matoto.

C’est un grand connaisseur de l’histoire Africaine et de l’évolution des langues vernaculaires de notre pays qui disparaît à l’âge de 70 ans, après avoir légué à la postérité, de nombreux sur les langues et la culture de notre pays.
Dors en paix mon vieux doyen que la terre de Guinée à laquelle tu as été tant utile te soit très légère.

Ibrahima Diallo
DG Radio Liberté FM

Commentaires

commentaires

Pub Appli guinee7 Long

LAISSER UN COMMENTAIRE