La société civile a observé la marche de ce 2 aout de l’opposition dite républicaine. Après l’évènement, nous avons demandé à Gabriel Haba, responsable de la communication et de partenariat au Conseil national des organisations de la société civile (CNOSCG) de nous révéler les premiers constats. “Aujourd’hui nous avons déployé plus de 50 observateurs avant la marche, puisque l’observation tient compte de trois périodes, c’est-à-dire, avant, pendant et après la manifestation. Nous étions sur le terrain ; ça commencé au carrefour de Cosa jusqu’à l’esplanade du stade du 28 septembre. On n’a pas enregistré jusqu’à la fin des discours d’incidents majeurs, il faut noter la présence des enfants, des mineurs au moment de la marche, parce qu’on a vu des mineurs qui n’ont pas l’âge de manifester, c’est un risque qui peut être source d’incident. Il y a trois à quatre accidents de motos que nous avons enregistrés, parce que certains militants roulent à vitesse démesurée, il y a même un accident qui s’est passé vers Hamdallaye secondaire, ou les deux victimes étaient dans une situation très dangereuse. Contrairement à d’autres fois, le comportement des forces de l’ordre envers les militants était différent, il n’y a pas eu d’incidents entre les deux jusqu’au moment où je vous parle“, commente-t-il avant de faire des recommandations.

“Les partis politiques doivent éduquer les militants pour que lors des manifestations qu’on n’enregistre pas des cas d’accidents, puisque c’est une perte pour la nation. Nous avons des recommandations vis-à-vis des partis politiques, des citoyens, mais aussi de l’Etat. Pour les partis politiques, c’est de faire en sorte que les enfants soient écartés de ces manifestations, participer à la formation des militants. Quant à l’Etat, c’est de respecter ses engagements envers les institutions, parce que si l’opposition manifeste aujourd’hui, c’est qu’il y a des engagements qui ne sont pas respectés, il faut que l’Etat respecte au moins à 90% ce qu’il promet aux citoyens et aux institutions. La manifestation a une conséquence positive des fois. Puisque on a assisté à la sortie médiatique du président de la République, il a donné l’instruction de mettre en œuvre l’accord politique, donc si la manifestation peut mettre la pression, je pense que c’est bien. Mais il ne faut pas attendre à chaque moment que les gens manifestent avant que vous ne respectiez vos engagements. Au niveau des forces de l’ordre, il faut multiplier la présence des forces de l’ordre au moment des manifestations et mettre à leur disposition des moyens nécessaires pour que l’encadrement ne soit pas couronné d’incidents. Nous demandons au partenaire de nous accompagner pour que cette action noble qui contribue à instaurer la paix dans notre pays puisse être fortifiée par la société civile, pour que nous soyons plus efficaces ; plus dynamiques dans l’observation des meetings et manifestations qui sont une réalité aujourd’hui en république de Guinée. “

Abdou Lory Sylla pour Guinee7.com

Commentaires

commentaires

Pub Appli guinee7 Long

LAISSER UN COMMENTAIRE