Mohamed Lamine Doumbouyah, ministre du Budget

Au moins 153 responsables des établissements publics de l’Etat ont été reçus lundi 7 août par le ministre du Budget, Mohamed lamine Doumbouyah, dans le cadre de l’organisation de la ‘‘revue annuelle des établissements publics administratifs’’, qui se tiendra du 4 au 6 septembre prochain à Conakry.

L’objectif étant d’améliorer le cadre de gouvernance des établissements publics administratifs (EPA) en portant un œil sur leur gestion financière ainsi que les activités que mènent ceux-ci.

Avec les directeurs généraux, les présidents des conseils d’administration et le pool financier, Mohamed Lamine Doumbouyah a tenté de répondre aux préoccupations posées au cours des discussions. D’après lui, les EPA sont des outils de transmission de politique publique qui doivent fonctionner normalement. ‘‘Dès lors qu’ils ont des difficultés de fonctionner, c’est tout le système qui a des difficultés de fonctionner. Parce que l’état crée ces établissements pour pouvoir cibler un certain nombre d’actions. C’est dans ce sens par exemple qu’on crée un hôpital ou un fonds d’entretien routier, etc. A partir du moment que l’état donne des subventions, il est en droit de demander des comptes’’, a souligné le ministre dans la salle des conférences du ministère de l’Economie et des Finances.

Avant de préciser que ‘‘les préoccupations ont été exprimées et on a essayé d’apporter des réponses en leur disant en fait que l’objectif ce n’est pas de réprimer mais plutôt de voir dans quelle mesure on peut améliorer ensemble le service public’’.

Présente à cette rencontre, Hadja Fatoumata Nabé, présidente du conseil d’administration d’un EPA a pour sa part exprimé ses inquiétudes en ces termes : ‘‘Il y a des établissements qui ne sont pas du tout réglementés et veulent toujours des subventions. Et ceux qui ont des subventions ont des problèmes de recevabilité.’’

Avant d’expliquer que ‘‘pour les établissements publics à caractère administratif, il y a deux documents essentiels que les gens doivent s’approprier : le 1er document c’est le décret 015 du 15 janvier 2015 portant règlement général de gestion budgétaire et de comptabilité publique qui est un document essentiel. Parce que de l’article 1 jusqu’à 132 on ne parle que des EPA. Le 2ème, c’est la loi organique 02 CNT du 6 aout 2012, les gens ont ces documents qu’ils ont mis dans les tiroirs. Or tout est défini sur comment tenir la comptabilité, etc.’’

Elhadj Bankè Doumbouyah, directeur du Centre islamique de Donka a profité de l’occasion pour étaler devant le ministre du Budget, les problèmes qui assaillent son administration. Depuis la création du centre islamique en 1992, selon lui, il a été érigé en EPA. Depuis sa nomination, fait-il remarquer ‘‘je fonctionne dans le même sillage, alors que chaque années les DAF qui se sont succédé ont demandé de monter le budget. Il faut nous rendre autonome et indépendant. Donc ces réunions sont venues à point nommé, c’est le lieu de parler de toutes les difficultés et de façon très objective, sans passions’’.

Ismaël Sylla pour Guinee7.com

Commentaires

commentaires

Pub Appli guinee7 Long

LAISSER UN COMMENTAIRE