Depuis plusieurs jours, les candidats au Hadj se font vacciner dans l’enceinte du Centre Islamique de Conakry. Ici, des centaines de personnes alignées sont confrontées à des difficultés. Ces fidèles musulmans accusent les organisateurs du pèlerinage et les services de sécurités d’être à la base de ce dysfonctionnement.

Nagnouma Kouyaté nous explique son calvaire : « Depuis lundi passé on passe toute la journée ici, on n’arrive pas à avoir le vaccin. C’est mal organisé, pourquoi ne pas faire ça dans les centres de santé. Ou multiplier les points de vaccination ici même. Mais une seule ligne ou deux lignes pour des milliers de personnes, ça ne peut pas aller. Le samedi ils ont travaillé de 6heures à 11h-30mn ils n’ont pris que 60 personnes. »

Pour sa part Mamadou Mouctar Sow estime que les agents de sécurité présent sur les lieux sont la principale cause de ce désordre : « ils laissent passer des gens à la porte à cause de 5.000 GNF tandis que parmi nous, il y en a qui viennent de Coyah et Dubréka, ceux-ci sont là depuis 5h. »

« Il y a également des personnes qui viennent à 10h et les policiers les font passer devant les premiers arrivant parce qu’ils leur ont remis de l’argent. Ça c’est vraiment dommage, il n’y a pas une organisation. En plus le nombre de personnes programmées par jour est vraiment insuffisant. Les candidats sont trop nombreux » Conclut Mamadou Mouctar Sow.

Le calvaire des candidats au pèlerinage est devenu une tradition en Guinée. C’est à croire que les pèlerins absolvent ici leurs péchés avant la terre sainte.

Bhoye Barry pour guinee7.com

Commentaires

commentaires

Pub Appli guinee7 Long

LAISSER UN COMMENTAIRE