C’est en présence ce Jeudi 10 aout, du Gl Bourema Condé Ministre de l’Administration du territoire et de M. Sadou Nimaga Secrétaire Général du Ministère des mines et de la géologie, que s’est ouvert au jardin du 2 Octobre de Conakry, la première réunion ordinaire de l’observatoire des comités de concertation des localités minières CCLM, grâce à l’appui financier de la coopération Allemande de développement GIZ.

cet observatoire crée  grâce à un arrêté conjoint du ministère des mines et de la géologie et celui de l’administration du territoire et de la décentralisation, est chargé de prévenir et de gérer les conflits entre les sociétés minières et les communautés locales. C’est dans cette optique que les cadres venants des CCLM  des préfectures et communes  vont durant deux jours réfléchir ensembles, sur des propositions de plans d’actions pour les 6 mois à venir et aussi faire des recommandations.

Consignataire de l’acte de création de cet observatoire, le Ministre Bouréma Condé, pour son contexte a expliqué : “ On ne le dira jamais assez, le plus gros des ressources  c’ est à partir des mines, mais il se trouve souvent que des incompréhension très souvent notées par ci par là à travers la République et principalement aux lieux ou exerce les sociétés minières, il se trouve que des conflits éclate paralysant ou supprimant même l’activité minière et au delà de l’investisseur qui était venu confiant en Guinée en mobilisant de fortes ressources, ne l’oublions pas, le monde minier est un monde d’investissement lourd, donc les recette de l’Etat prennent un coup et l’investisseur désenchanté est obligé de plier bagages s’il le peut encore. Puisque très souvent c’est dans le fumée il s’en va, les auteurs de ces crimes n’ayant pas peur des maux n’auront que les yeux pour pleurer, privant ainsi les populations locales qui commençaient à connaitre un début de bonheur de leurs futurs qu’on pouvait estimer heureux.  Ils doivent être en amont des crises éventuelles et de chercher par les voix les plus pacifique et de faire de telle sorte à les enrailler pour que le travail des sociétés puisse se faire sans ambages. Le gouvernement attend d’eux à ce que plus jamais une société minière en Guinéen ne voit ses installations et équipement détruit et que les populations vivent en harmonie parfaite avec les sociétés“

Très consciente du rôle qui leur est assigné par l’Etat Mme Elizabeth Soumah du CCLM de Boké et Kamsar, affirme : “le gouvernement vient de nous donné un travail et c’est d’être les médiateurs entre les sociétés et les autchoctones ou nous sommes représenté, effectivement c’est pour préserver les biens de l’Etat. Nous nous sommes par exemple à Kamsar et chaque  jour nous avons à faire à ce genre de manifestation, soit des enfants, des jeunes ou certaines personnalités. Et pour cela il faudrait que nous prenons notre engagement pour être à la hauteur de ce que l’Etat nous demande, c’est dans l’intérêt de tout un chacun et faire comprendre aux villageois que quand les autres viennent nous devons travailler avec eux pour trouver un terrain d’entente et que chacun puisse trouver un bon bénéfice.“

Quant à M. Alpha Diallo représentant la GIZ il  a expliqué que : “Nous avons le mandat de notre ministère  fédérale de la coopération économique  et de développement le BMZ  pour accompagner les Etats de l’union du fleuve Mano, les organisateurs de la société civile et le secteur privé minier afin  que chaque acteur puisse jouer son rôle pour une exploitation minière apaiser, c’est dans ce sens que nous appuyons le service des relations communautaires et de contenus locales qui a mis en place des CCLM.“

Abdou Lory Sylla pour Guinee7.com

Commentaires

commentaires

Pub Appli guinee7 Long

LAISSER UN COMMENTAIRE