C’est ce vendredi 11 août, qu’a pris fin après deux jours de travail, la première réunion ordinaire de l’observatoire des comités de concertation dans les localités minières (CCLM), organisée conjointement par le ministère de l’Administration du territoire et de la décentralisation et celui des Mines et de la géologie, avec l’appui financier de la GIZ.

Cette première réunion a été l’occasion pour les hommes et femmes chargés de maintenir l’entente entre les sociétés minières et les communautés, d’apporter de nouvelles approches en faisant des recommandations à l’endroit de l’Etat, des sociétés et des communautés.

Sadou Nimaga, secrétaire général du ministère des Mines et de la Géologie qui a procédé à la clôture de la réunion, est revenu sur quelques recommandations : “ je pense que le processus va continuer, si nous poursuivons l’action en mettant ces structures sur toute l’étendue du territoire, c’est que nous en avons l’importance. En ce qui relève du gouvernement nous ferons de telle sorte que ces recommandations soient appliquées, ils nous ont dit d’être plus réactifs dans la résolution des conflits et de continuer à pérenniser les CCLM. Cela me rassure de leurs engagements si c’est eux qui nous demandent de mieux faire dans les choses qu’on a créées, c’est une bonne chose et peut être que la leçon a été reçue par ceux qui devraient la recevoir. Ce qu’ils viennent de proposer comme feuille de route, c’est déjà un grand pas. Nous continuerons à poursuivre les efforts pour qu’on atteigne le niveau optimum.’’

A la sortie de cette réunion, Yamou Cissé du CCLM de Kobéla dans la préfecture de N’Nzérékoré a rassuré : “ je dirais d’abord aux gens que dans notre sous-préfecture, il n’y aura plus jamais de grève contre les investisseurs. Mais plutôt ils seront considérés comme nos amis. Nous veillerons sur leurs équipements comme sur nos propres enfants. Nous avons fait depuis 2016 des sensibilisations puisque depuis l’événement de Zogota, cette localité avait été complètement abandonnée pour les autres sous-préfectures. Nous avons fait de telle sorte de ramener un climat favorable entre les communautés. Nous demandons au partenaire de nous venir en aide financièrement parce que nous ne disposons pas de suffisamment de matériels pour faire à bien notre travail. “

Lire aussi:La première réunion de l’observatoire des comités de concertation des localités s’ouvre à Conakry

Abdou Lory Sylla pour Guinee7.com

 

 

Commentaires

commentaires

Pub Appli guinee7 Long

LAISSER UN COMMENTAIRE