M. Siaka Barry, ministre des Sports

C’est un secret de polichinelle, l’unité nationale en Guinée est fragilisée par les acteurs politiques depuis belle lurette. Et si finalement la solution à ce problème indispensable au développement de notre pays était tout trouvée ?

La réaction unanime de la population guinéenne après le limogeage de l’ex ministre du sport, surtout de la jeunesse soucieuse de l’avenir et décidée à prendre son envol, dénote que les guinéens peuvent s’accorder leurs violons autour de l’essentiel : l’avenir du pays.
Les hommes politiques ont réussi ces dernières, il faut bien l’avouer, à entretenir la culture du repli communautaire et à jouer sur les fibres sensibles qui sont celles de l’identité régionale et ethnique. Ce qui a contribué à fracturer le pays et à mettre le tissu social en lambeau. ‘’Mais ce qui unit les guinéens est plus fort que ce qui les divise’’.
Un seul être à montré que l’union tant souhaitée de la nation était bien possible : Siaka Barry.

Il faut bien reconnaître que l’homme a bien des qualités qui ne peuvent que forger l’admiration et le respect. L’amour de la patrie, la culture de la discrétion, du bon travail, la compétence et l’humilité sont autant de qualités que ce quadragénaire a construit tout au long de son parcours. En plus de ces atouts, il a l’avantage d’être jeune, proche et ouvert à la jeunesse.

Et si l’héritier du PRAC était bien lui ?

Depuis un moment maintenant, des hommes sans vergognes qui n’ont, en effet, qu’un un seul objectif : prolonger leur juteuse entreprise de corruption, ne cessent de pousser et de crier pour un 3e mandant mettant à mal notre jeune démocratie acquise au prix de multiples sacrifices, et laissant au pays un avenir incertain.

Nul doute que la succession du président actuel sera un test crucial pour la survie de son parti après son départ à l’issue de son mandat. Le parti gagnerait mieux à préparer un jeune compétent à l’image d’un Siaka Barrry pour garder la maison et ainsi affronter le joute électoral de 2020 dans les meilleurs conditions. Ils feraient mieux de mettre aux oubliettes leur projet de 3e mandat et ainsi préparer Siaka Barry pour la présidentielle de 2020.

Sinon, Siaka Barry peut bien lui rêver d’un destin à la Macron. Pourquoi pas, ce sera ainsi une nouvelle génération d’hommes politiques qui émergera en 2020.
La balle est dans son camp, à lui d’en faire bon usage.

Par Naïny BERETE étudiant en Sciences Politiques à l’Université de Nantes
Tel : +33 07 51 41 89 45

Commentaires

commentaires

Pub Appli guinee7 Long

2 COMMENTAIRES

  1. Le ridicule ne tue pas en Guinée, vraiment. Un ministre qui n’accepte pas son limogeage par celui qui la nommé, qui a tenté de manoeuvrer en secret pour mettre en place un mouvement alors même qu’il est membre du RPG , il en a été secrétaire politique, et je joue la victime parce que son chef l’a viré, au lieu d’assumer son choix (ce qui aurait été plus responsable ), n’est pas un homme sérieux.
    Qu’on aime ou pas Alfa condé, il faut qu’à même lui reconnaître le droit de changer les gens qu’il a nommé et si les intentions politiques de siaka était prouvées, cela c’est une trahison.
    Même si c’est son droit mais il doit assumer.
    Macron lui a démissionné, et n’a pas pleuré comme un bébé le fait de quitter le gouvernement.
    Il ne faut pas confondre le rejet de bantama et siaka.
    Siaka n’a ni pas l’étoffe d’un leader charismatique.
    Et pour moi, celui qui a trahi une fois trahira toujours.
    Alors monsieur berete, ne vous emballez pas, lorsque le jeu sera ouvert vous verrez pas Siaka, ne fait ni l’unanimité, ni le poids.
    Et franchement le combat pour l’unité nationale a été mieux incarné et sera mieux incarné par d’autres personnes.
    Siaka à trahi le parti au pouvoir et celui ci de le lui pardonnera jamais.
    Et puis svp, les réseaux sociaux ne font pas l’opinion du peuple.
    Alors du calme, du calme,

LAISSER UN COMMENTAIRE