M. Fodé Keita, préfet maritime adjoint (en boubou)

Conakry- Une Cellule de crise a été mise en place au siège de la Préfecture Maritime de la République de Guinée, suite à la catastrophe écologique survenue, dimanche, 13 août 2017, à Freetown en République de Sierra Leone, faisant des centaines de morts, des disparues et des dégâts matériels importants, a-t-on appris à Conakry de source informée.

Créée sur initiative du président de la République de Guinée, Pr Alpha Condé, cette Cellule est pilotée par la Préfecture Maritime, en partenariat avec la Direction Nationale de la Protection Civile (DNPC), la Fédération Internationale de la Croix Rouge (FICR), la Croix Rouge Guinéenne (CRG), ainsi que tous les acteurs du monde maritime guinéen, des ministères et organismes dotés d’attribution et participants à l’action de l’Etat en mer, a-t-on indiqué.

A date, une vingtaine de corps humains sans vie, flottant et entrainés par les courants marins de surface, ont été retrouvés sur les côtes guinéennes en provenance du lieu de drame.

«Les corps étant dans un état de dégradation très poussé et en raison du droit coutumier, qui dit : en cas de noyade ou de découverte d’un corps humain sans vie, dans l’eau, ledit corps est aussitôt enterré dans le respect de la dignité humaine, en bordure de l’eau», a-t-on mentionné.

Selon la même source, «en prévision de tout risque sanitaire majeur sur les côtes maritimes guinéennes, la Préfecture Maritime a invité, par courrier, la Direction Nationale de la Sécurité Sanitaire (DNSS) à rejoindre la Cellule de crise, et à procéder, dans les plus brefs délais, à la désinfection des lieux où les corps ont été retrouvés. Dans la mesure du possible, cette opération de désinfection pourra s’étendre sur l’ensemble du littoral».

La Cellule de crise a invité les uns et les autres de signaler les corps retrouvés sur les côtes le plus tôt que possible. Ainsi, un numéro vert gratuit, le 19, tous opérateurs confondus, est mis à disposition par la Préfecture Maritime et hébergé au niveau de son Centre Opérationnel Maritime (COM), fonctionnant 24/24 heures.

Avec AGP

 

Commentaires

commentaires

Pub Appli guinee7 Long

1 commentaire

  1. A Messieurs les membres de la Cellule de Crise de la Préfecture Maritime.
    Recevez mes salutations et mon profond respect.
    En effet, je comprends le soucis qui a animé légitimement l’Etat guinéen pour mettre en place cette importante Cellule de Crise. Maintenant que cette Cellule a charge de gérer toutes les crises humanitaires et/ou autres dans nos eaux maritimes (cas de la Sierra Léone), J’estime que les informations mises à la disposition de la population doivent être de qualité et débarrassées de tout argument insensé et injustifiable aux yeux de la communauté scientifique nationale et internationale et ce, afin de les rendre soutenable et crédible. Le mal en Guinée, on ignore délibérément les spécialistes d’une question majeure, pour souvent faire appel à des non spécialistes or, il y a de ces événements qui exigent des explications scientifiques, qui pourraient aider à renforcer la position des autorités dans la prise de décisions idoines.
    J’ai entendu dire que les corps amputés et retrouvés sur les côtes de Koba viennent de la Sierra Léone. Je voudrais poser une question… Est-ce-que cette information est vérifiable? Je dirai non, parce qu’elle n’est pas fondée sur une base scientifique.
    En effet, si on élimine tous les impacts dus à la marée et à l’écoulement continental, la circulation provoquée par la rotation de la Terre crée à la surface de la mer de l’atlantique Est (y compris les eaux côtières guinéennes), un un courant marin de surface connu sous le nom de « COURANT DE DÉRIVE », qui se déplace du Nord (côté de Guinée Bissau) vers le Sud (côté de la Sierra Léone).
    Un Corps humain sans vie depuis plus d’une semaine, ne peut être identifié car, son état serait à plus de 70% en décomposition. Ce corps, même si on doit le repêcher , cela ne serait pas fait dans la zone nord de la côte guinéenne; autrement dit, les corps de nos frères léonais morts dans une circonstance pénible et douloureuse ne pourraient se retrouver à Koba. cet argument est parfaitement logique donc vérifiable.
    Je voudrais raccourcir mon intervention en donnant ce conseil: Vérifiez vos infos sur les événements majeurs et importants qui se produisent dans les eaux guinéennes avant de les mettre à la disposition de la population. Vous contribuerez ainsi à la maîtrise des causes de ses événements douloureux et éventuellement, à déblayer les pistes de solutions pour une meilleure prise en charge des sinistrés.
    Mes sincères respects tout en louant les efforts louables que vous déployez quotidiennement.
    Merci pour votre attention.

LAISSER UN COMMENTAIRE