Environ 600 invités, selon les organisateurs, sur leur 31 répondent à l’invitation des organisateurs du ‘‘Brics business forum 2017’’. L’évènement se passe ce 4 septembre au Centre international de conférence et d’exposition de Xiamen. Endroit bien soigneux, sièges recouverts de tissus blancs, bref le décor bien planté pour recevoir des panélistes issus du monde des affaires, mais aussi de la politique. Parmi eux, Alpha Condé, le président guinéen. Applaudi à tous les coups. Il est la star de ce forum.

L’animateur se réjouit ‘‘de la présence d’un chef d’Etat parmi nous’’. Qui plus est président en exercice de l’Union Africaine. Et quand celui-ci prend la parole, il ne déroge pas à la règle, sa règle : Discours franc, direct, percutent.

‘‘l’avènement du BRICS a fait couler beaucoup d’encre, et fait trembler par sa volonté de mieux édifier un ordre économique mondial plus juste et plus équitable’’, ainsi donne-t-il le ton.

Le président guinéen qui, par ailleurs, est président en exercice de l’Union africaine, espère que les progrès technologiques des BRICS aident les pays africains à moderniser leur agriculture qui occupe plus de 60% de la population.

Ces pays émergents ne souffriront pas de problèmes de coordination, car comme le précise le président de l’UA, ‘‘l’Afrique a désormais décidé de prendre son destin en main en parlant désormais d’une seule voix’’.

Chacun des pays du BRICS dispose des atouts qu’il peut faire profiter aux pays africains. Par exemple, le Brésil a de l’expérience dans la production d’engrais ; l’Inde importe et transforme les produits agricoles africains contribuant ainsi à leur introduction dans la chaine de valeur ; la Chine possède d’énormes potentiels démographiques, économiques et financiers.

Ce dernier pays est aujourd’hui, selon le président Condé, le premier investisseur en Afrique.

Ce continent riche en matières premières avec une population –la plus jeune de la planète-, qui évolue de manière exponentielle, possède des atouts certains qui intéressent les pays du BRICS. En un mot ou en mille, en Afrique, il y a des opportunités d’affaires.

Ce qui lie selon le président Condé l’avenir du BRICS à l’Afrique qui n’a besoin que ‘‘des solutions concrètes pour amorcer son développement’’.

Ibrahima S. Traoré, envoyé spécial de guinee7.com au sommet des BRICS à Xiamen (Chine)

 

Commentaires

commentaires

Pub Appli guinee7 Long

LAISSER UN COMMENTAIRE