Depuis plusieurs semaines, des doutes persistent sur la capacité de la Guinée et de plusieurs autres pays de l’Afrique au sud du Sahara à pouvoir organiser la coupe d’Afrique des nations de football. Si pour les uns la volonté politique y est, pour les autres on peut se poser encore des questions.

« La volonté politique, c’est ce qu’il faut en premier lieu pour organiser une CAN. » A confié à notre rédaction un journaliste sportif guinéen.

Après les sorties médiatiques du président de la Confédération Africaine de Football (CAF), Ahmad Ahmad sur l’attribution des CAN 2019, 2021 et 2023. Et le symposium de la CAF tenu au Maroc dernièrement, dont les conclusions ont entre autres exigé six stades et 24 équipes participantes au lieu de 16 pour les prochaines CAN. Les dirigeants des pays les plus inquiets ont exprimé leur volonté malgré ces nouveautés de rester dans la course. Mais la Guinée, qui a encore plus de temps que les autres est restée muette.

Une attitude qui a suscité des interrogations chez les observateurs. ‘’La Guinée est-elle prête à organiser la CAN 2023 ?’’

Si l’on ne peut répondre à cette question, des actes posés récemment ont réconforté plusieurs pessimistes dans leur position. D’abord, une seule réunion (prise de contact entre les membres) du COCAN. Mais ce qui est plus illustratif du manque certainement de volonté politique, c’est la signature en Chine début septembre, d’un accord cadre entre la république populaire de Chine et la république de Guinée portant sur un montant de 20 milliards de dollars US. Dans cet accord, nulle part n’est mentionné la réalisation d’infrastructures relatives à l’organisation d’un événement continental comme la CAN. Pourtant, il s’agît là d’une aubaine (mines contre infrastructures) pour les autorités de Conakry, qui auraient pu engager les travaux de tous les stades et les infrastructures relatives en contre partie de nos mines.

La principale question reste accrochée aux lèvres, à savoir si la Guinée a déjà dit au revoir à la CAN 2023 ?

Alpha Mady Touré

Commentaires

commentaires

Pub Appli guinee7 Long

1 commentaire

  1. Si la Guinée dit au revoir à la CAN 2023 ; rassurez-vous, le ciel ne lui tombera pas sur la tête !!
    Le cahier de charges de la CAN à 24 équipes, impose la construction de 5 nouveaux stades et des hôtels de luxe pour les délégations officielles et les équipes de football, dans au moins 5 villes à l’intérieur du pays.
    Il va falloir aussi, mettre aux normes internationales, le seul Grand stade dont dispose actuellement la Guinée qui est celui de Nongo à Conakry, et pour les 5 villes retenues, construire de nouvelles routes interurbaines, des voiries urbaines, des aéroports etc !!
    Les chinois auraient promis à la Guinée, une ligne de crédit de 20 milliards de dollars sur 20 ans et ils se feront le plaisir d’endetter la Guinée, en échange de minerais, pour lui permettre d’organiser cette CAN 2023.
    Mais, faut-il hypothéquer l’avenir des prochaines générations, en bradant les richesses minières de la Guinée, pour des éléphants blancs !?
    Faut-il investir des centaines de millions de dollars dans des stades de compétition, des stades d’entraînement et des hôtels de luxe, pour une CAN qui ne durera tout au plus 2 semaines, dont l’entretien sera un casse-tête plus tard et qui ne profiteront pas au petit peuple, englué dans une misère indescriptible !!??
    Ne vaudrait-il pas mieux investir ces centaines de millions de dollars en milieu rural, dans la construction de dispensaires, d’écoles, de pompes hydrauliques, de ponts et de routes villageoises et dans l’électrification de centaines de villages… !?
    La Guinée a donc d’autres chats à fouetter ; elle ferait mieux d’investir dans la lutte contre la pauvreté, que de se lancer dans des dépenses de prestige !!
    La République de Guinée n’a vraiment rien à gagner, à organiser cette CAN 2023 !!

LAISSER UN COMMENTAIRE