Le ministre de l’Unité nationale et de la Citoyenneté, M. Karifa Gassama Diaby, et les cadres de son département ont reçu, ce mercredi 13 septembre, de la part du Haut-Commissariat aux Droits de l’homme, un don comportant 900 lots, composés de 4.520 œuvres sur les droits de l’homme, destinés à instruire les populations guinéennes sur leurs droits.

Dans son allocution, le ministre a déclaré : « Je voudrais au nom du chef de l’Etat et du gouvernement vous remercier, à travers vous, le Haut-Commissariat des Nations-Unis à Genève, qui nous offre un important lot d’ouvrages thématiques et de contenus divers, pour permettre à notre pays de continuer à lutter pour la promotion et la protection des droits humains. Ces ouvrages permettront à tout un chacun dans notre pays de s’en servir, selon ce qu’on souhaite, les institutions publiques et privées, les établissements scolaires et universitaires. Je leur garantis que ces ouvrages seront utiles dans ce combat utile et indispensable dans la construction d’une société, qui sera respectueuse de la dignité de tout un chacun pour la justice et la liberté pour tous. »

Parlant de la cause de cette initiative, Louis Marie Bouaka, représentant du Haut-Commissariat en Guinée, a expliqué  : « Si la Guinée est engagée dans un processus de démocratisation et de consolidation de l’Etat de droit, une telle tâche ne peut avoir tout son sens que si elle dispose de tous les moyens et toutes les ressources nécessaires pour remplir ses obligations en matière de promotion et de protection des droits de l’homme. Cela suppose que les gouvernants devraient disposer suffisamment de capacités pour faire connaitre et informer convenablement les gouvernés de leurs droits fondamentaux et surtout d pouvoir créer des conditions favorables de leur jouissance. »

Il ajoute que « le Haut-Commissaire exprime par ce geste toute sa volonté d’offrir une opportunité à l’ensemble de la population, notamment les administrateurs, les membres du comité interministériel chargé de rédiger les rapports aux organes, les administrés, y compris les futures élites, d’avoir accès aux instruments juridiques internationaux relatifs aux droits de l’homme, et d’autres informations utiles sur les droits au quotidien. Nous exprimons le vœu que ces documents puissent être gardés et utilisés à bon escient. Je ne puis terminer mon propos, sans réaffirmer l’engagement du bureau guinéen du Haut-Commissariat, conformément à son mandat à poursuivre son appui institutionnel, afin de contribuer au processus de l’édification de l’Etat de droit. »

Abdou Lory Sylla pour Guinee7.com 

Commentaires

commentaires

Pub Appli guinee7 Long

LAISSER UN COMMENTAIRE