Au cours d’une conférence de presse qu’il a animée, ce mercredi, dans la salle Mohamed Koula Diallo de la Maison de la Presse de Guinée, le député Aboubacar Soumah du PGDE (Parti Guinéen pour la Démocratie et de l’Equilibre) s’est acharné sur l’opposition républicaine qui, depuis un certain moment, enchaine des manifestations de rue, chose qui évidemment fait plusieurs victimes au sein de la population guinéenne.

« Ce n’est pas une opposition nationale, mais plutôt une opposition dite républicaine qui est dans la rue. Ce qu’ils disent le matin, n’est pas la même chose, le soir. De 2011 jusqu’en 2015, près de 70 morts, des pertes matérielles et financières, qu’on peut évaluer à des dizaines de milliards de francs guinéens, des blessés à vie ; et on met tout ça de côté, pour s’occuper des 5 milliards comme budget du chef de file de l’opposition, et voté en catimini dans un bureau, à la place de la plénière de l’assemblée », a martelé l’ancien député de l’UFGD à Dixinn.

À leur place, poursuit-il, « j’aurais demandé d’abord qu’on indemnise ces gens-là, demandé qu’on ne recompose pas les délégations spéciales, plutôt qu’on organise les élections locales. Une opposition qui accompagne le pouvoir à violer la loi, qui négocie le financement, jusqu’à dire que c’est ma propriété ».

En effet, Aboubacar Soumah, a regretté avec la dernière énergie les décès enregistrés au cours des manifestations de l’opposition républicaine. « Si ces gens étaient responsables, personnes n’allait accompagner aujourd’hui cette opposition dite républicaine avec tous ces morts, si nous étions des vrais Guinéens, on aurait changé de méthodes et de stratégie, parce que les jeunes Guinéens qui meurent, tu ne peux pas savoir combien de fois ça fait mal, parce que ce n’est pas ton enfant, ni ton jeune frère. Il y en a qui sont décédés dans nos différentes manifestations, des enfants uniques, des blessés à vie, des seuls enfants qui ont atteint l’université… Ces gens pouvaient être les ministres, gouverneurs, apporter même leur contribution à ce pays », a-t-il déploré.

Et le député Soumah d’ajouter : « S’il y a eu déjà 80 morts, 200 et quelques blessés à vie, on doit changer de stratégie, surtout qu’on nous reverse 500 millions par mois pour remplacer nos véhicules pour faire nos campagnes, pour financer encore les manifestations et aujourd’hui, nous sommes en train de faire en sorte que la bipolarisation de ces multiples accords non exécutés a donnée, c’est-à-dire l’UFDG et le RPG, et pour ça nous sommes en train de revoir à ce qu’une troisième force politique naisse ».

« N’acceptons pas que la Guinée soit divisée, soit terrorisée pour quelque raison que ça soit, qu’on ait des problèmes ; il faudrait que le Guinéen qui est dans le RPG se sente en tant que Guinéen, que celui de l’UFDG, celui qui n’appartient pas à aucun de ces groupes » (sic), a conclu le président du Parti Guinéen pour la Démocratie et de l’Equilibre.

Mohamed Kaba Soumah pour Guinee7.com

Commentaires

commentaires

Pub Appli guinee7 Long

LAISSER UN COMMENTAIRE