Lors de la célébration de la Journée internationale de l’enseignant, le 5 octobre 2017 au palais du peuple, le président Alpha Condé avait profité de cette tribune pour envoyer des piques à l’opposition, dont il accuse certains membres, notamment des anciens ministres et Premiers ministres d’avoir abusé de leur position, pour s’enrichir. Il s’agit là d’une vieille rengaine répétée à l’infini par le chef de l’Etat qui ne semble pas d’ailleurs être l’exemple parfait de la vertu, quand on sait comment nos deniers publics sont dilapidés, depuis l’avènement de la troisième république.

Les enseignants guinéens, après 7 ans d’interruption, ont célébré la Journée internationale de l’enseignant le 5 octobre 2017 au palais du peuple, sous le thème ‘’ Enseigner en liberté, autonomiser les enseignants’’. Le chef de l’Etat guinéen a, au cours de cette cérémonie, promis la tenue prochaine des états généraux de l’enseignement. Ces états généraux permettront de diagnostiquer le système éducatif guinéen selon Alpha Condé. Par ailleurs le chef de l’Etat  menace de dévoiler les noms des cadres qui ont pillé les ressources du pays.

Conscient des tares du secteur éducatif guinéen, le président Alpha Condé a annoncé la tenue très prochaine des états généraux de l’enseignement sans préciser une date. « Nous allons faire la réforme de l’enseignement. Ces états généraux vont réunir les enseignants, les parents d’élèves, les syndicats, les représentants des étudiants pour qu’on ait une éducation nationale qui marche sur ses deux jambes, qui puisse transformer ce pays. Combien d’argent on perd dans ce pays dans l’éducation, dans des magouilles avec la complicité des responsables, des ministres», accuse Alpha Condé.

Dans  la même lancée, le président de la République reconnait la difficulté d’exercer le métier d’enseignant dans son pays.

« Le métier d’enseignant est difficile et à la fois ingrat. L’enseignant comme le médecin, ce sont des métiers de sacerdoce. Ils sont très importants. C’est l’enseignement qui permet à un peuple de maîtriser son destin. Il faut restituer aux élèves l’histoire de notre pays et l’histoire de l’Afrique. Malheureusement ce n’est pas souvent le cas», a-t-il indiqué.

Il faut rappeler que durant l’année scolaire 2016-2017, la Guinée avait enregistré une grève des enseignants contractuels qui réclamaient des emplois à la Fonction publique. Cette grève avait fait 8 morts à Conakry. Jusqu’à présent aucun responsable de ces meurtres n’a été identifié. Quant aux contractuels, un accord a été trouvé avec le gouvernement. Un premier groupe a été enrôlé à la Fonction publique. Pour le reste du groupe, un comité de suivi des accords a été mise en place pour satisfaire ces enseignants qui ne demandent que du travail.

Lors de cette cérémonie de célébration, Alpha Condé a par ailleurs lancé des piques à l’endroit de certains opposants. « Ceux qui parlent de mauvaise gestion, le temps est venu maintenant de parler de leur gestion. Un gouverneur de la banque centrale qui place l’argent dans une ONG, alors qu’on place l’argent dans une banque centrale. Les gens qui bavardent, ils ont construit plus de 2 à 3 maisons dans leurs villages, pour plus de deux millions de dollars us. Des ministres qui vendent des maisons de l’Etat, tout ça on va montrer au peuple de Guinée. J’en ai marre qu’on parle alors qu’ils ont été des dirigeants dans ce pays. On sait ce qu’ils ont fait. Il faut que la jeunesse sache la vérité, sache qui est qui. On s’est tu pendant longtemps, pour s’occuper du développement du pays. L’heure est venue de montrer qui est qui. Le moment est venu de communiquer au peuple qu’est-ce qu’ils ont fait», prévient Alpha Condé.

Depuis qu’il s’est fait élire en 2010, Alpha Condé continue d’avoir recours à cette rengaine. Avec un président qui brandit sans cesse la menace de publier les résultats des audits, afin de confondre certains anciens Premiers ministres. Au lieu de s’en prendre aux régimes précédents, maints observateurs pensent que le président aurait mieux fait de laver devant sa porte. Avec les nombreux scandales dénoncés à longueur de temps par les médias, sans qu’aucune enquête ne soit diligentée pour faire la lumière sur ces malversations financières.

D’ailleurs, plus personne au sein de l’opinion ne croit à la volonté du chef de l’Etat de vouloir moraliser l’administration publique guinéenne.

C’est comme si Alpha Condé assistait impuissant, à la pratique d’enrichissement illicite de la plupart des cadres, qu’il a nommés à des postes juteux.

Face à l’opposition qui réclame à cor et à cri la mise en place de la Haute  Cour de Justice, qui figure d’ailleurs parmi les points de l’accord du 12 octobre, le pouvoir fait la sourde oreille.

Cela fait l’affaire des grilleurs d’arachides qui font la pluie et le beau temps au sein de l’administration publique.

Sadjo et Tidiane Diallo (Le Démocrate)

Commentaires

commentaires

Pub Appli guinee7 Long

LAISSER UN COMMENTAIRE