Le Conseil consultatif des jeunes de Guinée a procédé, ce jeudi  12 octobre, à la cérémonie de son lancement officiel, à la Maison de la presse de Coléyah. Objectif : mettre en valeur le potentiel de la jeunesse guinéenne.

Le Conseil consultatif des jeunes de Guinée (CCOJEG) a fait le lancement officiel de ses activités, qui consistent à initier les jeunes à prendre leur destin en main, à s’impliquer davantage dans la vie socioprofessionnelle pour un avenir meilleur.

Optimiste sur l’avenir de la Guinée et conforment à l’article 10 de la constitution guinéenne et de la loi L. 013 portant régime juridique des associations et des ONG, le CCOJEG a décidé de prendre les choses en main pour offrir la possibilité aux jeunes de prendre des décisions.

Le but est d’offrir aux jeunes une plateforme de consultation, de conservation, d’échanges et de synergie d’actions, en vue d’une meilleure participation de ceux-ci dans le processus de développement socio-économique, culturel et politique de la Guinée.

L’objectif général est de contribuer à l’amélioration des conditions de vie de la couche juvénile, dans un climat de paix, de non violence et d’unité nationale. Alhassane Diallo, chef du projet d’orientation des jeunes, nous explique les objectifs spécifiques : «  Dans cette perspective, le  CCOJEG se fixe pour objectif spécifique de créer un cadre de concertation crédible, permettant aux jeunes d’analyser les problèmes socio-économiques de la Guinée, de proposer des solutions et de participer dans les instances de prise de décision ».

La politique étant le plus convoitée pas la jeunesse, le CCOJEG n’est toutefois  pas resté en marge par rapport à la place qu’occupent actuellement les jeunes dans notre société. Selon Mamadi Onivogui, chargé de l’orientation des projets, « nous, jeunes de Guinée, de notre responsabilité à être leaders de demain, à être une jeunesse responsable de demain, nous militons, nous nous exprimons dans les partis politiques. Nous sommes beaucoup présents en politique et ce n’était pas ça auparavant, et l’engagement politique semble présent (sic)».

L’heure est à la réparation des dégâts et pour y arriver, la jeunesse doit s’impliquer d’avantage dans l’auto-emploi et  l’entreprenariat juvénile.

Fatoumata kaba pour guinée7.com

Commentaires

commentaires

Pub Appli guinee7 Long

LAISSER UN COMMENTAIRE