Sommes-nous à la hauteur de l’immensité du défi ? Celui de l’édification de la nouvelle société guinéenne devant engendrer le guinéen nouveau, non pas par l’âge mais par la mentalité.  La réponse à cette question est loin d’être évidente.

Et, avec la mise en retrait des esprits rationnels, laissant le champ libre à l’expression outrageuse d’une médiocrité violente, on est même tenté de répondre par la négative.

Pourtant, pendant qu’on peine à faire émerger les grands sujets sociétaux en s’enfermant dans des débats aux allures de conflits picrocholins, des menaces à peine voilées planent au-dessus de nos têtes ; comme entre autres :

  • La prise en otage du pays par les coordinations régionales dont les partis aux socles ethniques ont fait des centres décisionnels ; mettant ainsi en danger l’existence d’une nation reposant sur des valeurs communes.
  • Le développement à un rythme vertigineux d’un fanatisme religieux, qui ne dit pas son nom, avec au gouvernail des analphabètes religieux, chantres des idées obscurantistes d’un autre temps.
  • Le repli ethnique si puissamment ancré que tout le monde en est atteint sans en être conscient. « Ce n’est pas moi l’ethnocentriste, ce sont les autres ! », disons nous.
  • L’érection de la vindicte populaire en justice de référence sous le regard médusé d’un Etat faible, avec pour corolaire une dangereuse précarisation de la stabilité du pays.

Ni des petits arrangements électoralistes, ni des petites combines politiciennes, ni des débats de personnes encore moins un jeu de chaises musicales à la tête de l’exécutif ne permettront d’arriver à bout de ces problèmes, mais plutôt une prise de conscience collective du caractère ‘’transpartisan’’ de ces grandes questions sociétales.

Le temps nous est compté, mais il n’est jamais trop tard pour commencer.

Puisse Dieu bénir la Guinée !

Par Laye BAMBA,  layebamba80@hotmail.fr

Commentaires

commentaires

Pub Appli guinee7 Long

LAISSER UN COMMENTAIRE