Dans le cadre de l’évènement culturel « Conakry Capitale Mondiale de Livre » (CCML), les responsables du projet artistique « l’Univers des mots » ont donné, ce vendredi 03 novembre, une conférence de presse, à son siège, au quartier Minière (Conakry). La 4ème édition du festival de théâtral international dénommé « Nos Migr’Actions » se tiendra du 5 au 12 novembre prochain.

Ce festival qui se passera dans les différents points culturels de Conakry, notamment le Centre culturel franco-guinéen, le Petit Musée et l’Institut Supérieur des Arts de Guinée, par des spectacles, lectures publiques, rencontres d’auteurs, tables rondes et autres rencontres professionnelles,  va permettre, durant 8 jours, de démystifier le théâtre et ouvrir le festival à d’autres artistes venus d’autres continents qui vont pouvoir connaitre les réalités artistiques de notre pays. »

Nouveau directeur artistique du festival, Akim Bah a donné tous les détails sur ce festival, en expliquant le contexte  :  « Le tout est de faire pour cette année une édition spéciale dans le cadre du CCML ; moi j’ai eu l’idée d’ouvrir le projet, mais toujours rester dans l’esprit du début que j’aimais bien, la rencontre entre les auteurs et les metteurs en scène et aussi des comédiens qui accompagnent les auteurs. »

Pour la nouveauté, il a ajouté : « Je voudrais, après trois éditions, lancer la quatrième édition, puisque c’était le moment d’aller plus loin, d’ouvrir le projet aux artistes d’autres continents, qui jusqu’ici n’étaient ouverts qu’aux Africains accompagnés par des metteurs en scène français ou guinéens. Pour cette édition,e nous avons ouvert à l’international, nous avons invité des artistes, d’autres pays de l’Afrique et aussi de l’Europe ; nous voulons ouvrir ce festival à d’autres continents. J’ai toujours eu envie d’inviter d’autres artistes que j’ai rencontrés ailleurs, parce qu’ici, ce sont d’autres réalités. Une rencontre entre les autres artistes et ceux de chez nous, afin de voir quelle transformation cela  peut apporter à l’œuvre de l’auteur. »

Enfin sur le thème qui est d’actualité, il dit que : « Souvent, il y a cette question qui revient, dans les medias et partout, c’est celle de la migration et nous, nous avons voulu donner la parole aux artistes, parce que quand les médias parlent de migrations, c’est pour dire le nombre de morts. Donc, on n’arrive pas à rentrer dans la petite histoire, à savoir c’est quoi marcher dans le désert, dix à onze jours sans nourriture ; c’est quoi passer en Lybie, dans les textes que nous allons écrire à travers l’écriture contemporaine. Le but, ce n’est pas de sensibiliser les gens, mais de les amener à se poser la question sur ce thème et de se mettre dans la peau des gens qui prennent ce chemin. »

Abdou Lory Sylla pour Guinee7.com

Commentaires

commentaires

Pub Appli guinee7 Long

LAISSER UN COMMENTAIRE