Nouhou Thiam, à l'époque chef d’état-major de l'Armée

Le procès général Nouhou Thiam et commandant Sékou Resco Camara s’est ouvert au tribunal de première instance de Dixinn, ce lundi 13 novembre 2017. Ces officiers de l’armée guinéenne sont poursuivis par des organisations de défense des droits humains.

Après l’ouverture de l’audience par le président Mangadouba Sow, les prévenus que sont le général Nouhou Thiam et le commandant Sékou Resco Camara ont été appelés à la barre. Devant le juge, l’ancien chef d’Etat-major de l’armée guinéenne, Nouhou Thiam, a rejeté les faits qui lui sont reprochés, tout en affirmant être prêt à être juger. Quant au commandant Sékou Resco Camara, il a brillé par son absence. Selon son avocat, l’ancien gouverneur de la ville de Conakry est à Paris, pour des raisons de santé.

Prenant la parole, la défense a demandé le renvoi du procès pour le 12 février 2018. Une demande vite rejetée par le procureur, mais acceptée par la partie civile. « Pour bien tenir le procès et éviter deux procès pour le même dossier, il faut la présence des prévenus », argumente la partie civile. Le président du tribunal, après avoir écouté les uns et les autres, a suspendu l’audience pour délibération.

Après cela, le tribunal par la voie de son président Mangadouba Sow, a renvoyé la suite du procès pour le 12 février 2018, avec comparution des prévenus.

A rappeler que le général Nouhou Thiam, le commandent Sékou Resco Camara et le commandent  Boubacar Sidiki Camara (aujourd’hui décédé), sont poursuivis pour « racisme, ethnocentrisme, régionalisme, crime et délit dans l’exercice de leurs fonctions ».

Bhoye Barry pour guinee7.com 

 

Commentaires

commentaires

Pub Appli guinee7 Long

LAISSER UN COMMENTAIRE