Une marche de protestation contre les exactions subies par des migrants en Libye, a eu lieu ce mercredi à Conakry. S’adressant au président de la conférence des chefs d’Etat de l’Union Africaine, Alpha Condé, les manifestants ont fait des recommandations, en vue de venir à bout de la crise libyenne, mais aussi, de lutter contre l’immigration irrégulière, à travers une collaboration entre les pays de départ, de transit et de destination.

Ci-dessous, les recommandations lues par Mohamed Mara, un des organisateurs de la marche.

  • En amont, des stratégies locales telles que susmentionnées (des projets d’autonomisation des jeunes…). En aval, mener des actions de réconciliation nationale en Libye et une collaboration active entre les autorités des pays de départ, celles des pays de transit et des pays de destination, pour réduire le taux de départ et les traitements inhumains dégradants perpétrés dans les pays de transit.
  • Des poursuites judiciaires contre des réseaux de passeurs, ainsi que les auteurs et complices de maltraitance contre les jeunes migrants.
  • La facilitation de l’obtention de VISA, pour les candidats à l’immigration régulière.
  • La nécessité d’une coopération africaine et sud-sud, pour lutter efficacement contre le chômage et le désespoir, qui constituent un terreau fertile à l’immigration clandestine.
  • La nécessité d’une collaboration efficace, entre les pays de départ et les pays de destination, en vue de mettre en œuvre des projets communs en faveur de la sédentarisation des jeunes dans leurs pays d’origine.
  • La nécessité de programmes nationaux des jeunes, avec des projets d’activités génératrices de revenus, pour les jeunes en quête d’emploi.
  • La nécessité absolue de faciliter l’obtention d’agréments pour les jeunes voulant créer des associations, des partis politiques, des ONG etc. Par le ministère de l’administration du territoire.
  • La nécessité de défendre les médias privés, qui, il faut le signaler emploient beaucoup de jeunes qui auraient pu être des candidats à l’immigration clandestine, mais surtout restant un moyen d’information incontournable dans la lutte contre les travers de notre société.
  • La nécessité de protéger les libertés individuelles et collectives, pour donner aux jeunes des raisons de croire en leur avenir.
  • En fin, la nécessité impérieuse de renforcer l’encrage démocratique, à travers la promotion de l’alternance au pouvoir, ainsi que de l’indépendance et l’efficacité des institutions démocratiques, en vue de renouveler en permanence, l’espoir d’un avenir meilleur aux jeunes et la foi en leur pays, ce qui va accroitre les chances de les maintenir dans leurs pays d’origine.

Transcrit par Alpha Mady pour Guinee7.com

Commentaires

commentaires

Pub Appli guinee7 Long

LAISSER UN COMMENTAIRE