L’Organisation Mère et Enfant en Guinée et en Afrique (OMEGA) a tenu une conférence, ce mardi 5 décembre, à la Maison de la presse, pour dénoncer les maux dont sont victimes les femmes et les enfants dans notre société.

Adoptée le 20 novembre 1989 par les Nations-unies, cette convention des droits de l’enfant est un texte de 54 articles qui affirme qu’un enfant n’est seulement un être fragile qu’il faut protéger, mais que c’est une personne qui a le droit d’être éduquée, soignée, protégée, quel que soit l’endroit du monde où il est né.

Organisée sous le thème « Respect de la convention internationale des droits des enfants en Guinée », cette conférence était l’occasion pour l’ambassadrice d’OMEGA, Kadiatou Konaté, de dénoncer les maux dont sont victimes les enfants dans notre pays : « En Guinée, de façon générale, des milliers d’enfants sont privés de leurs droits.  Il s’agit de la protection, un droit fondamental pour nous, les enfants ».

En Guinée, beaucoup d’enfants sont victimes de l’excision, du mariage précoce , de la traite des enfants, du manque d’éducation ; problème sur lequel d’ailleurs, l’ambassadrice d’OMEGA a accentué ses mots : « Le droit à l’éducation, beaucoup d’enfants sont privé de ce droit, soit par le vouloir de leurs parents qui les utilisent pour faire le commerce, la mendicité ou le travail ménager, ou alors il ya une insuffisance d’infrastructures scolaires publiques pour permettre aux familles qui n’ont pas les moyens pour le privé, d’envoyer leur enfants. »

Cette conférence était aussi l’occasion pour l’OMEGA de dénoncer les violences du 20 novembre dernier, qui avaient coûté la vie à deux élèves et permis le viol d’une autre, en réclamant leur droit à l’éducation.

L’organisation a profité de cette occasion pour condamner ces actes et interpelle les autorités à s’impliquer davantage dans la protection des enfants et des femmes en Guinée.

Fatoumata Kaba pour guinee7.com

Commentaires

commentaires

Pub Appli guinee7 Long

LAISSER UN COMMENTAIRE