La Plateforme des Jeunes Leaders de l’Axe pour la Démocratie et le Développement (PJDD) était face aux hommes de médias, dans la salle Mohamed Koula Diallo de la Maison de la presse, ce mardi, pour parler de l’atteinte à la liberté de la presse en république de Guinée.

Sachant que c’est sur cet axe d’Hamdallaye-Bambéto-Cosa, jusqu’à Kagbélen, que des journalistes sont le plus souvent violentés lors des manifestions, le président de la PJDD, Ibrahima Aminata, a précisé qu’aucun acte de ce genre n’a été enregistré depuis la mise en place de cette plateforme. « Ce n’est pas à l’occasion de la période de paix que des journalistes sont attaqués, c’est pendant les manifestations et souvent sur l’axe Hamdallaye-Bambéto-Cosa, jusqu’à Kagbélen, on a constaté quand il y a manifestation, les jeunes viennent en défensive, parce que souvent les interventions de maintien d’ordre des forces de sécurité sont disproportionnées, il faut le reconnaitre. Il y a toujours eu des bavures du côté de la police, donc s’il y a des victimes pendant les manifestions en Guinée, ce n’est pas propre à la zone de l’Axe, et nous l’avons toujours condamné », a-t-il expliqué.

Et de poursuivre : « Depuis  que la plateforme-là existe, on a toujours protégé les journalistes ; en pleine manifestation, ils peuvent même faire leurs interviews. Quand nous avons mis en place cette plateforme, nous avons décidé que désormais c’est une institution formelle, connue par l’Etat, et que désormais, nous allons agir quand il y a des situations de ce genre. Donc depuis que la PJDD existe, nous n’avons pas pour l’instant enregistré un cas d’attaque d’un journaliste sur l’Axe ».

A en croire Ibrahima Aminata, la PJDD n’est pas à la solde d’un parti politique, ni à la solde de la mouvance. « Nous sommes là pour travailler, pour essayer de changer un peu l’image de ce pays, de façon générale et de façon particulière, l’Axe dont on parle en disant ‘’Axe du mal’’. Mais je vous rappelle que personne n’est né violent, ni par nature, ni par naissance, mais c’est par circonstances et par contextes. Les contextes dans lesquels nous sommes sur l’Axe des fois, pousse les gens à être violents », a-t-il déclaré.

« On a une ligne éditoriale ; donc on suit notre travail et il y a même eu des tentatives de récupération, mais on n’a pas accepté et on n’acceptera pas cela », a conclu le président de la PJDD.

Mohamed Kaba Soumah pour Guinee7.com

Commentaires

commentaires

Pub Appli guinee7 Long

LAISSER UN COMMENTAIRE