Au cours d’une conférence de presse tenue ce mercredi 6 décembre 2017, à la Maison de la presse, à Colèah, Me Salifou Kébé, président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), a affirmé que l’institution qu’il dirige n’a pas reçu de plainte qui conteste le cautionnement des candidats aux élections locales.

« Effectivement, comme a prévu  la loi, la commission financière, composée du ministère de l’Economie et des Finances, du ministère de l’Administration du territoire, de la CENI et des membres des partis politiques intéressés par ce sujet, a fait un travail qu’elle a déposé au niveau du président. Mais il s’est trouvé déjà, qu’au niveau de la CENI, il y a une décision concernant le cautionnement. Donc, les deux chiffres ne correspondaient pas ; il fallait prendre une moyenne pas arithmétique, pas mathématique, mais trouver un juste milieu pour avoir un montant qui sera accepté de tous », rappelle le président de la CENI, Me Salifou Kébé.

Parlant de la contestation du montant de cautionnement par certains candidats, Me Kébé affirme que : « nous n’avons pas reçu à ce jour une plainte officiellement, pour dire qu’ils contestaient ce cautionnement », précise-t-il, avant d’ajouter que : « nous estimons que c’est un montant raisonnable, qui est à la portée de la bourse de tous ceux qui veulent être candidats. Parce que si vous prenez une commune comme Ratoma ou Matoto avec 45 conseillers à élire, divisez 8.000.000 fg par 45, vous trouverez 177.000 et quelques ; moins de 200.000 fg par personne. Si cela est impossible, ça devient difficile qu’on puisse élire quelqu’un. En ce moment, je préfère que la loi dise que vous ne prenez pas de caution avec quelqu’un (sic)».

A noter que les candidatures ont commencé à être reçues au sein des démembrements de la CENI, dans toutes les circonscriptions électorales.

Bhoye Barry pour guinee7.com

 

Commentaires

commentaires

Pub Appli guinee7 Long

LAISSER UN COMMENTAIRE