Qu’un député de la République exprime du mépris à l’égard des populations qui l’ont élu en dit long sur l’état de délabrement institutionnel, politique et moral de la Guinée d’aujourd’hui. Pire, ses propos traduisent la vulgarité et la médiocrité de ceux qui sont sensés agir et défendre le peuple. Cette sortie très contestée au sein de l’opinion publique, n’aura certes pas amélioré l’image peu enviable de la fonction de député. C’est d’ailleurs, un discrédit et un suicide pour un homme politique devenu député par défaut. Lamentable!

Un Suicide politique

Faire publiquement l’apologie de la violence et estimer qu’il faut massacrer le peuple pour instaurer l’autorité de l’Etat est une boutade, à la limite un manque de respect pour la dignité humaine et pour le peuple. Dans une circonstance aussi grave, les mots ne suffiront pas pour exprimer toute la colère d’un citoyen indigné par l’attitude d’une classe politique qui rame à contre-courant des valeurs morales. Trêve d’ironie sévère, mais sensée ! L’auteur de ses propos est jeune et issu de la mouvance présidentielle.

Quelle image renvoie-t-il de la couche juvénile ou de sa famille politique ?

Mais qu’à cela ne tienne, le vin est tiré et il faut le boire. Tant la déception est grande, pour les soutiens comme pour le peuple, qui s’attendait à plus de noblesse de la part de ses représentants à l’hémicycle.  Notre république ne mérite pas pourtant un tel rabais.  Que faut-il faire alors ? Le  personnel politique doit se hisser à la hauteur des exigences du temps. Car, la relève est imminente.

Moraliser la vie publique

Autrefois, la politique était un sacerdoce. Aujourd’hui, elle est un ascenseur à la vitesse effarante et aux raccourcis saisissants. Conséquence : Les moins compétents sont au pinacle.  Tandis que la crème végète.

Maintenant, plus que jamais, la Guinée a besoin d’une Révolution citoyenne, d’une démarche globale et Trans-partisane. Exiger  la moralisation de la vie publique et faire  le contrôle citoyen de l’action publique sont plus qu’un devoir pour le Guinéen.

Par Amadou Tidiane Barry, acteur de la société civile.

Contact : (00224) 628-827-410/ e-mail : barrytidiane2012@gmail.com

Commentaires

commentaires

Pub Appli guinee7 Long

LAISSER UN COMMENTAIRE