Suite à un entretien hier avec les leaders religieux, notamment le grand imam de Conakry, Mamadou Saliou Camara et l’archevêque, monseigneur Vincent Coulibaly, le secrétaire adjoint du SLECG (Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée) et Cie, ont finalement décidé de suspendre le mot d’ordre de grève lancé depuis le 13 novembre dernier. C’était au cours d’une assemblée générale organisée ce jeudi 7 décembre, au siège du SLECG à Donka dans la commune de Dixinn.

Parlant des raisons de la suspension de cette grève, qui a fait plusieurs morts et des dégâts matériels, le camarade Aboubacar Soumah explique : « Nous nous sommes rencontrés avec les leaders religieux qui, après avoir rencontré le président de la République avec les propositions que nous leur avons faites, ils sont venu pour nous transmettre le message du président de la République qui leur a transmis ceci, ‘‘allez dire à M. Soumah de s’entendre avec ses camarades syndicalistes et après toute proposition qui me sera présentée je serais derrière vous’’. Donc les religieux sont venus nous transmettre ceci et qu’ils s’engagent à faire respecter nos revendications, à faire en sorte que le Président accepte nos revendications, parce qu’il (le Président) a déjà dit qu’il est derrière eux (les religieux) pour toute proposition. »

Et de poursuivre : « ces religieux nous ont aussi demandé de rester derrière eux, chose que nous avons aussi acceptée, parce que nous sommes aussi des musulmans et des chrétiens. C’est pour cela qu’aujourd’hui nous avons demandé à tous les enseignants de Guinée de bien vouloir accepter de suspendre la grève momentanément, jusqu’à ce que les chefs religieux mènent leurs démarches auprès du gouvernement pour que nos points de revendication soient satisfaits ».

Par ailleurs le cerveau de ce mouvement de grève qualifié de sauvage et d’illégal, prévient que si toutefois aucun acte favorable n’est posé dans le sens de la satisfaction de leur revendication au bout des deux prochains mois, ils (Syndicalistes) relanceront cette grève avec plus d’engagement. « Comme c’est les chefs religieux, on ne peut pas aller au-delà, nous avons donc accepté de rester derrière eux. Et c’est ce message là que nous venons de transmettre à tous les enseignants de Guinée et qu’à partir de maintenant le mot d’ordre de grève soit suspendu de façon momentanée et si on n’est pas satisfait dans deux mois, nous allons décrocher la grève et personne dans ces conditions rien ne pourra nous arrêter, tant que nos revendications ne sont pas satisfaites, nous resterons en grève », a-t-il déclaré.

Mohamed Kaba Soumah pour Guinee7.com

Commentaires

commentaires

Pub Appli guinee7 Long

LAISSER UN COMMENTAIRE