Un réceptif hôtelier de la place a servi de cadre, ce jeudi 07 décembre, au dîner gala de la remise du prix  « Loolé Étoile des droits humains en Guinée « , initié par l’ONG WAFRICA, en partenariat avec la fondation OSIWA. Ce projet a permis de mettre en compétition, durant une année, plusieurs femmes porteuses de projets ayant des impacts sociaux.

En effet, la directrice exécutive de la structure initiatrice du prix « Loolé » (étoile en langue nationale soussou), Fatou Hann, précise que c’est un projet basé sur le droit à l’éducation, le droit à la santé pour les femmes et les jeunes filles, ainsi que sur la lutte contre les violences basées sur le genre. « L’objectif de ce projet est d’envoyer le message dans nos communautés pour leur dire que les violences basées sur le genre et les violences basées sur les filles doivent cesser », précise-t-elle.

S’agissant des critères de choix pour décerner ce fameux prix, la directrice de l’ONG WAFRICA explique : « Pour un début, 60 projets étaient sur la liste, après les critères de sélection, 10 projets ont été en lice pour la finale. Les critères étaient bien définis par rapport au choix du projet. Et ça, après un calcul de points qu’on a donnés aux différents projets que le projet final a été choisi. Et parmi les critères, il y avait la présentation d’un rapport, il y avait aussi la pertinence de leurs projets… Donc, ce projet a touché plus 3 mille personnes ».

En tant que bailleur de fonds du projet, représentant de la fondation OSIWA, Ibrahima MADMO a exprimé sa satisfaction pour le déroulement du prix « Loolé » . « Nous sommes très satisfaits des activités qui ont été mises en œuvre dans le cadre de ce projet. Il était vraiment temps que ces femmes puissent redonner à leur communauté ce qu’elles ont eu à avoir un moment de la vie ; qu’elles puissent s’impliquer de façon effective à la promotion de la justice sociale. Et aujourd’hui, nous avons vu que les 10 projets qui ont été présentés sont les projets qui vont permettre aux femmes dans les différentes communautés d’être renforcées et de voir leurs droits respectés. Et nous espérons qu’à travers ces activités, elles pourront créer une émulation qui fera que d’autres femmes ou d’autres étoiles, au niveau des communautés, vont émerger, pourront œuvrer quotidiennement et continueront à lutter pour que les droits des femmes soient une réalité », a-t-il fait savoir.

Pour sa part, la candidate gagnante du prix « Loolé », Sanassa Nabé Fofana, s’est réjouie de son trophée, avant d’expliquer en quelques mots le contenu de son projet, basé sur une campagne de sensibilisation sur l’importance des pièces d’état-civil. « J’ai piloté ce projet dans 5 quartiers dans la commune de Matoto. Au cours de cette campagne, j’ai parlé de tout ce qui concerne l’importance des pièces d’état-civil. Les pièces d’état-civil comprennent les extraits de naissance, les certificats de mariage et les certificats de décès. La sensibilisation était sur les femmes pour les informer vraiment, dès la naissance de l’enfance, d’aller à la mairie pour déclarer la naissance, afin que l’enfant ait l’acte de naissance. Si l’enfant n’a pas d’acte de naissance, la scolarisation de l’enfant sera très difficile, étant donné que l’éducation est une chose très importante et primordiale pour l’enfant. Donc, on ne peut pas scolariser l’enfant sans l’extrait de naissance. J’ai sensibilisé aussi les femmes pour l’obtention du certificat de mariage, qui est une chose importante après le mariage ».

Par ailleurs, ce dîner gala a connu la prestation de plusieurs artistes guinéens renommés dans la défense des causes de la femme, notamment Oumou Diabaté, André Flamy Lélano et la Troupe Djély Guinè.

Mohamed Kaba Soumah Pour Guinee7.com

 

Commentaires

commentaires

Pub Appli guinee7 Long

LAISSER UN COMMENTAIRE