OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La ministre guinéenne de l’Economique et des Finances, Maladho Kaba, en compagnie de son homologue du Plan et de la Coopération, Kanny Diallo et du gouverneur de la Banque Centrale de la République de Guinée (BCRG), Lounseny Nabé étaient face aux journalistes, ce mardi 12 décembre 2017. Il était question pour Maladho Kaba de faire le point sur le nouveau programme qui a été accordé à la Guinée par le FMI (Fond Monétaire International).

Il s’agit d’une possibilité offerte à la Guinée de s’endetter à hauteur de $ 650millions à des taux non concessionnels pour accompagner la mise en œuvre du PNDES ( Plan National de Développement Economique et Social).

Cette enveloppe d’endettement non concessionnel pourrait être revue à la hausse en cas de performances constatées lors de revues programmées assorties d’un Appui Budgétaire de 120.5 millions de Droits de Tirage Spéciaux.

pour la première responsable du département guinéen de l’Economique et des finances, « la Guinée est l’un des rares pays à obtenir cette facilité. Cette enveloppe de prêt non concessionnel constitue une capacité supplémentaire de financement. Il s’agit d’une capacité dont la Guinée a besoin pour continuer à combler le déficit en infrastructures, entre autres, routières et énergétiques, donc de promouvoir la croissance ambitionnée dans notre PNDES à l’horizon 2020 », a-t-elle expliqué.

Et de poursuivre : « Les routes contribuent à désenclaver les zones de productions agricoles et à améliorer la connexion de nos villes dans le pays et le secteur de l’énergie est essentiel au développement de l’agro-industrie et de la remontée de chaines de valeur dans d’autres secteurs (pêche, mines, élevage, etc.). »

À en croire Maladho Kaba, le gouvernement à travers ce programme entend, entre autres : « renforcer la stabilité macroéconomique, pour une croissance forte, inclusive et durable ; renforcer la résilience macroéconomique de la Guinée et préserver les gains de stabilité durement acquis ; accroître les investissements publics dans les infrastructures pour soutenir la croissance, diversifier l’économie et en promouvoir la transformation tout en préservant la stabilité macroéconomique et la viabilité de la dette à moyen terme. »

Par ailleurs, elle a souligné que la mise en œuvre de ce programme devra continuer à bénéficier d’un contexte sociopolitique apaisé. « Il nécessitera la poursuite de la rigueur de gestion et une coordination renforcée de l’action gouvernementale. Il impliquera aussi de la discipline dans le choix des investissements publics et privés, qui doivent permettre de créer plus de richesses nous permettant de rembourser la dette », a-t-elle conclu.

 Mohamed Kaba Soumah pour Guinee7.com

Commentaires

commentaires

Pub Appli guinee7 Long

LAISSER UN COMMENTAIRE