La quarantième assemblée générale ordinaire de la Confédération africaine de football (CAF), s’est tenue ce vendredi 2 février à Casablanca, en présence de l’ensemble des délégués des associations membres de la CAF et des plus hauts responsables du football mondial.

C’est dans une ambiance de veille de finale du championnat d’Afrique des nations (CHAN), prévue le 4 février prochain, que s’est tenue à Casablanca, la quarantième assemblée générale ordinaire de la CAF. Il faut rappeler que c’est la première du genre depuis l’arrivée d’Ahmad Ahmad à la tête de la confédération. « Elle va, elle doit marquer un tournant décisif dans la conduite des affaires de la CAF, depuis le 16 Mars 2017 », note le président de la CAF, dans son discours.

Le Malgache n’a pas hésité de revenir sur certains acquis déjà obtenus par son équipe, à moins d’un an exercice. « Le comité exécutif a décidé de soutenir ma promesse de campagne, qui était d’allouer annuellement, les cent millions de dollars à chaque fédération nationale… L’autre chantier a été de changer le format et la périodicité de nos compétitions. Les interclubs ont été renforcés et les cahiers de charge pour l’organisation de nos compétitions ont été revus. La preuve ? Nous vivons un CHAN au Maroc avec zéro incident. La CAN se jouera désormais à 24 équipes et sera organisée en été… La révision des contenus des licences d’entraineurs. Le lancement de la licence CAF PRO au Maroc, avec la participation de nos grands experts du continent. La prise en charge des indemnités de tous les officiels de match (arbitres, commissaires de match, sécurité, etc.) », a-t-il énuméré.

Une autre action, non des moindres, c’est l’accompagnement pour la première fois des équipes africaines qui prennent part à la prochaine coupe du monde. La CAF a mis à la disposition desdites équipes « un équipement sophistiqué et de la haute technologie, capable de donner des informations simultanées pendant l’entrainement ou pendant le match sur l’état physique et médical du joueur », rajoute Ahmad.

« … Asalam alei kun », c’est par ces paroles de bénédiction que l’hôte de marque de la CAF, Gianni Infantino, président de la Fédération Internationale de Football Association (FIFA) a introduit son propos. Le patron du football mondial est revenu sur les actions de l’instance mondiale vers le continent africain : « On a augmenté le nombre des membres du conseil africain de la FIFA. On a mis en place les sommets exécutifs du football, où on discute de l’avenir du football mondial. On a augmenté avec le programme forward les ressources du football, on est passé de 25 à 100 millions de dollars pour l’Afrique. On a augmenté le nombre d’équipes pour la coupe du monde 2026, en ce qui concerne l’Afrique on est passé de cinq équipes à neuf équipes et demie. Ça peut faire rêver beaucoup de pays à participer et a donc travailler dans la formation pour le développement du football ».

Si des délégués guinéens étaient présents à cette cérémonie, à savoir Antonio Souaré président de la feguifoot et son premier vice-président, Amadou Diaby, accompagnés du secrétaire général Akoï Koïvogui, un autre compatriote, Almamy Kabélé Camara, bien présent dans la salle a laissé son poste de responsabilité dans l’instance au profit de ses charges au niveau de la FIFA, ceci en conformité avec les mesures interdisant le cumul de fonctions. Désormais, le représentant de la zone ouest à laquelle appartient la Guinée est le sénégalais Augustin Senghor, président de la fédération sénégalaise de football.

L’autre sujet abordé au cours de cette assemblée, actualité oblige, c’est la candidature marocaine pour l’organisation du mondial 2026. Devant un parterre de journalistes à la fin de la cérémonie, Ahmad Ahmad a été on ne peut plus clair : « je vous garantis que je ne serai pas neutre. De toutes les façons le vote se fait à main levée et tout le monde saura pour qui vous avez voté. » Affichant ainsi son soutien total à la candidature africaine.

Alpha Mady pour Guinee7.com depuis Casablanca

Commentaires

commentaires

Pub Appli guinee7 Long

LAISSER UN COMMENTAIRE