Face à des militants et sympathisants très mobilisés au siège national de l’Union des forces républicaines, ce samedi, l’honorable Hadja Aïssata Daffé, présidente du bureau national des femmes est revenu sur la position de l’UFR avec plus de précision, concernant l’accord signé, le 8 août dernier, entre le RPG et l’UFDG.

‘‘Ce que l’UFR condamne, premièrement, on a dit qu’il y a un comité de suivi composé de la mouvance, de l’opposition et de l’UFR, de la société civile et de la communauté internationale. Il a été demandé au comité de suivi de trouver des solutions aux contentieux électoraux, donc si nous arrivons à trouver, nous faisons des négociations entre nous, pour trouver des solutions. Qu’il faut attendre la plénière pour pouvoir remonter et présenter devant toutes les composantes et là en présence du président du comité de suivi, qui est le ministre de l’Administration du territoire et de la décentralisation. Donc on ne peut pas comprendre que lui (ministre du MATD), il se déplace pour une négociation entre deux parties seulement, qu’il vienne participer à ces négociations et ce qui est grave encore, qu’il appose sa signature et son cachet sur cet accord, cela n’est pas possible. Voilà pourquoi l’UFR a fait un communiqué pour dire non, que la démarche est boiteuse mais la présence du ministre Bouréma Condé n’avait pas la raison d’être’’, a expliqué la députée.

Poursuivant ses propos, la présidente du bureau national des femmes a déclaré néanmoins qu’‘‘on ne peut pas condamner leurs négociations, parce que les parties qu’ils ont négociées ne concernent pas l’UFR. L’UFR n’a pas fait de revendications dans ces endroits, les parties que nous avons revendiquées n’ont pas été touchées, nous aussi nous sommes sur nos négociations, donc soyez rassurés que nous sommes sur ce travail, ne craignez rien et ne nous minimisez pas jusqu’à ce point, on ne peut pas se laisser faire. Si vous voyez dès le lendemain de cet accord signé entre ces deux partis, notre président du parti a convoqué une réunion d’urgence c’est parce qu’on savait que tous nos militants étaient fâchés, vous avez raison de vous fâcher parce que vous savez la lutte que vous faites, vous ne voulez pas que cette lutte soit sans suite’’.

Parlant de la visite surprise que le président a rendue au leader de l’UFR hier, elle a souligné que ‘‘ceux qui ont suivi la télé hier le président Alpha Condé a dit qu’il est venu parce que le ministre Bouréma Condé est allé assister aux négociations des autres donc il faut que, lui aussi il se déplace pour venir à l’UFR, pour s’assoir avec le président de l’UFR et arrêter quelque chose concernant les élections’’.

Mohamed Kaba Soumah pour Guinee7.com

 

Print Friendly, PDF & Email
Pub Appli guinee7 Long

Laisser un commentaire