Le gouvernement malien a condamné samedi avec « la plus grande fermeté » l’assassinat des journalistes français Ghislaine Dupont et Claude Verlon, retrouvés morts peu de temps après leur enlèvement à la mi-journée dans la ville de Kidal, à l’extrême nord-est du Mali.

Dans un communiqué, les autorités maliennes ont indiqué avoir appris avec « consternation et une très grande tristesse » l’enlèvement suivi de l’exécution des deux journalistes de Radio France Internationale (RFI).

Le gouvernement a dénoncé un « acte barbare et lâche » et présenté ses condoléances au gouvernement français et aux familles des deux envoyés spéciaux disparus.

Il a aussi renouvelé sa détermination ainsi que celle de ses partenaires à poursuivre la lutte contre le terrorisme et le crime organisé.

Selon le Quai d’Orsay, la journaliste Ghislaine Dupont et son technicien Claude Verlon, qui étaient en reportage à Kidal, « ont été enlevés par un groupe armé » vers 13H00 (heure locale et Gmt).

De même source, l’enlèvement a eu lieu devant le domicile d’Ambéry Ag Rhissa, un leader du Mouvement National de Libération de l’Azawad (MNLA, rébellion touarègue armée) que les deux journalistes venaient de rencontrer.

Après avoir entendu des coups des coups de crosse portés contre le véhicule des deux reporters de RFI Ag Rhissa a, selon ses propres dires, entrouvert sa porte et vu les ravisseurs embarquer les deux journalistes dans un véhicule 4×4 beige. L

Plusieurs sources indiquent que, les ravisseurs se sont enfuis et ont mis le cap vers Tin-Essako, à l’Est de Kidal. Les deux reporters préparaient une émission spéciale qui devrait être diffusée à partir de jeudi sur les antennes de RFI.

C’est la deuxième mission de Ghislaine Dupont et Claude Verlon à Kidal. Ils s’étaient déjà rendus dans cette ville au mois de juillet pour couvrir le premier tour de l’élection présidentielle.

 

APA

Print Friendly, PDF & Email
Pub Appli guinee7 Long

Laisser un commentaire