Thiam au fond, Macky Diallo en veste, Aliou en chemise

C’est à la maison des écrivains de Guinée, sis au quartier Taouyah dans la commune de Ratoma, que dans le cadre de l’évènement Conakry Capitale mondiale du Livre (CCML), trois jeunes écrivains, Macky Diallo, Elhaj Mamadou Aliou Diallo et Alseny Thiam,  ont eu la chance de présenter leurs œuvres à un vaste public, composé d’écrivains, d’apprenants, journalistes et fonctionnaires.

Dans leurs différents livres, dont « L’Axe des martyrs » ; « Histoire politique et sociale de la Guinée de 1958 à 2015 » ; « Larmes d’Afrique », ces auteurs ont dépeint les réalités du continent africain et du pays à travers des récits, parcours et aventures fictifs ou réels.

Détenteur également d’un recueil de poèmes, Macky Diallo, diplômé en économie décrit son roman « L’Axe des martyrs », de 224 pages et paru en septembre de l’année dernière, comme une histoire fictive inspirée d’une certaine réalité vécue par plusieurs jeunes. « Dans ce livre, je développe mes idées.  Je raconte la vie d’un jeune homme du nom de Barry, qui vit dans une ville imaginaire, Gnakry, qui essaye de s’en sortir… » Il poursuit : « Comme je l’ai déjà dit, l’histoire se déroule sur un axe, et les martyrs, ce sont des jeunes d’après les personnages, qui combattent pour la bonne cause ; s’ils meurent se sont des martyrs. Pour écrire, je me base sur des faits réels, j’aime bien observer et constater. L’axe, quand on l’entend, étant Guinéen, on comprend déjà quelque chose ; donc j’ai raconté cette histoire au niveau de cet axe, ce qui s’y passe, tout en ajoutant mon imagination. Je ne raconte pas les faits réels, mais je m’en inspire pour écrire ».

A son tour, Elhadj Mamadou Aliou Diallo, doctorant en sociologie, détenteur de deux ouvrages, « Histoire politique et sociale de la Guinée de 1958 à 2015 » et « Hadja Rabiatou Sérah Diallo, militante guinéenne », a expliqué à propos du premier  : « J’essaye de parler des institutions de 1958 à 2015 ; de l’implication de la communauté internationale dans l’organisation de nos élections ; de l’élection de 2010 qui a été qualifiée de démocratique. Je parle de tout ce qui est entre la mouvance et l’opposition ».

Quant à Alseny Thiam, il parle de son livre « Larmes d’Afrique », comme étant un diagnostic des problèmes dont souffre le continent africain. « C’est une œuvre qui parle de tous les maux de l’Afrique, difficultés, question de nationalisme, politique, le terrorisme… Mais aussi l’immigration, parce que souvent la problématique évoquée, ce sont les gens qui souhaitent partir en Europe, mais ici c’est plutôt ceux qui ont grandi en Europe, et qui souhaitent revenir au pays. Donc, c’est bien d’avoir le double aspect, le double regard par rapport à l’immigration, du côté du départ, de l’arrivée, mais aussi du retour ».

Après leurs présentations respectives, les trois auteurs ont été félicités et encouragés par l’assemblée, chacun soulignant leur jeunesse, qui prouve que la relève littéraire guinéenne est en marche.

Abdou Lory Sylla pour Guinee7.com

Pub Appli guinee7 Long

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here